BFM Business

La sécurité de Trump coûte 35 millions de dollars à New York

Donald Trump réside en plein centre de New York

Donald Trump réside en plein centre de New York - Jeff Kowalsky - AFP

Bill de Blasio, le maire de la Grande Pomme, demande le remboursement de cette somme au gouvernement fédéral, afin de couvrir les coûts liés à la protection du futur président des États-Unis.

L'ardoise est lourde. Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, a indiqué lors d'une conférence de presse lundi 5 décembre, qu'il allait envoyer une lettre à Barack Obama ainsi qu'aux représentants du Congrès pour se faire rembourser la somme de 35 millions de dollars.

Ce montant correspond à l'argent que la ville de New York va débourser pour s'assurer de la protection du président élu Donald Trump, entre le 8 novembre, le jour des résultats de l'élection, et le 20 janvier date à laquelle l'homme d'affaires posera officiellement ses valises à la Maison Blanche. Ce qui représente des dépenses d'environ 500.000 dollars par jour.

Des mesures exceptionnelles

Depuis l'élection du magnat de l'immobilier, la police de New York a mis en place des mesures de sécurité exceptionnelles dans la Trump Tower, lieu de résidence de Donald Trump, et dans les rues adjacentes.

Une rue est notamment fermée depuis un mois à toute circulation, piétonne ou automobile, sur un pâté de maison. L'opération est rendue d'autant plus complexe que la Trump Tower se trouve sur la cinquième avenue, l'une des artères les plus fréquentées de la ville, par les véhicules mais aussi les piétons, beaucoup de touristes flânant devant les nombreuses boutiques de luxe.

"Nous allouons des ressources considérables à cet endroit tous les jours", a expliqué lundi le chef de la police de New York, James O'Neill, lors d'une conférence de presse.

Le précédent de la visite du pape en 2015

Le maire de New York a indiqué que le futur secrétaire au Trésor de l'administration Trump, Steve Mnuchin, lui avait dit "comprendre parfaitement qu'il allait falloir discuter sérieusement de la manière de gérer les questions de remboursement".

Bill de Blasio s'est dit relativement confiant quant au remboursement, rappelant que les précédents événements comparables, la visite du pape François en septembre 2015 notamment, avaient permis une indemnisation satisfaisante.

J.M. avec AFP