BFM Business

La Russie promet 15 milliards de dollars à une Ukraine exsangue

Le gouvernement ukrainien assure que le pays a "évité la faillite".

Le gouvernement ukrainien assure que le pays a "évité la faillite". - -

La Russie a décidé de concrétiser son soutien au gouvernement de Kiev, en promettant, mardi 17 décembre, d'acquérir pour 15 milliards de dollars d'obligations ukrainiennes. Ce dernier assure qu'il évitera "la faillite" au pays.

Vladimir Poutine a décidé de passer à la caisse. Afin de manifester son soutien à l'exécutif ukrainien en place, dirigé par le président pro-russe Viktor Ianoukovitch, le Russe a annoncé, mardi 17 décembre, plusieurs mesures pour aider sa voisine, en difficultés financières.

Il a ainsi décidé de racheter pour 15 milliards de dollars de dettes ukrainiennes sur 2013 et 2014. Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a précisé que ce programme d'achats d'obligations serait financé par le Fonds souverain russe.

Baisse des tarifs du gaz

Autre geste: Moscou, qui redoute de voir l'Ukraine sortir de sa sphère d'influence en se rapprochant de l'Union européenne, a annoncé que la compagnie russe Gazprom va consentir un important rabais sur les tarifs de ses livraisons de gaz naturel à l'Ukraine.

Aujourd'hui facturé à 400 dollars les 1.000 mètres cubes, le gaz russe passera à 268,5 dollars à partir du mois de janvier. Le sujet est d'autant plus crucial que Kiev redoutait de ne pouvoir payer la facture en raison de ses difficultés économiques.

Vladimir Poutine a assuré que ces aides se feront sans contreparties et qu'elles n'étaient pas liées à une quelconque adhésion de Kiev à l'union douanière russe.

Un pays en décélération

Depuis le 21 novembre, l'Ukraine connaît une vague de protestations, les manifestants reprochant au gouvernement d'avoir suspendu les négociations devant aboutir à un accord économique avec l'Union européenne.

Ce mercredi 18 décembre, le Premier ministre russe, Mykola Azarov, a affirmé qu'on ne laissera plus personne déstabiliser la situation" et a assuré que l'accord passé avec Moscou avait "sauvé le pays de la faillite".

L'Ukraine, qui voit son déficit se creuser à l'œil nu, est actuellement dans le collimateur des marchés: les pays doit consentir des taux d'intérêts d'environ 10% pour se financer sur les marchés, ce qui est plus que la Grèce.

Mais si la Russie a décidé de voler au secours de sa voisine, elle n'est elle-même pas au meilleure de sa forme. Si les finances publiques restent maîtrisées, la croissance connaît une importante décélération.

J.M. avec Reuters