BFM Business

La numéro 2 de Facebook, future ministre de l'économie américaine?

Si Hillary Clinton était élue à la présidence des États-Unis, sa secrétaire d'État au Trésor pourrait être Sheryl Sandberg.

Si Hillary Clinton était élue à la présidence des États-Unis, sa secrétaire d'État au Trésor pourrait être Sheryl Sandberg. - Paul Morigi - Getty - AFP

Sheryl Sandberg, numéro deux de Facebook et véritable icône de la Silicon Valley serait pressentie pour devenir secrétaire d'État au Trésor d'Hillary Clinton si la candidate démocrate était élue présidente.

Si Hillary Clinton devient présidente des États-Unis en novembre prochain, il se pourrait bien qu'une figure de la Silicon Valley devienne sa secrétaire d'État au Trésor. La numéro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg, serait pressentie pour devenir la grande argentière du gouvernement de la candidate démocrate, affirme Politico.

Le site américain généralement bien informé affirme qu'elle deviendrait ainsi la première femme à diriger le Trésor américain, tout comme Hillary Clinton deviendrait la première à diriger le pays. L'auteur de l'article estime que la gauche pourrait déplorer sa proximité avec Robert Bubin, démocrate centriste qui, à l'instar d'un Emmanuel Macron face aux frondeurs, suscite la méfiance d'une partie des démocrates. Mais "son potentiel de star et l'aspect historique de sa nomination devrait souffler toute opposition", conclue-t-il.

Un "potentiel de star"

Sheryl Sandberg fait en effet figure d'icône aux États-Unis. Notamment parce qu'elle a cumulé les postes prestigieux dans la Silicon Valley, dont la présidence de Google, et actuellement, la direction de l'exploitation de Facebook. Numéro deux du groupe californien aux côtés de Mark Zuckerberg, elle y gère la stratégie publicitaire, les ventes, le juridique et les ressources humaines. Âgée de 46 ans, elle a fait son entrée en 2014 dans le club restreint des milliardaires américains grâce à l'introduction en bourse de Facebook.

Elle se présente en outre comme une partisane fervente de l'égalité des sexes outre-Atlantique. Son manifeste "Lean-in: Women, Work and the Will to Lead", est devenu un best-seller aux États-Unis. Elle a également lancé son propre réseau social, baptisé Lean-In, destiné aux femmes qui veulent partager leur succès professionnel.

Politiquement, elle a été un soutien de la première heure d'Hillary Clinton, bien avant que ne débutent les primaires démocrates. Dans une interview au Huffington Post en avril 2014, elle déclarait qu'elle "adorerait [la] voir faire campagne pour devenir présidente, et la voir devenir présidente". 

N.G.