BFM Business

La Fed maintient ses taux et s'inquiète de la reprise aux Etats-Unis

La Réserve fédérale américaine (Fed)

La Réserve fédérale américaine (Fed) - AFP

La Réserve fédérale américaine joue la carte du statu quo avec des taux qui restent dans la fourchette de 0 à 0,25%.

Sans surprise, la Fed a annoncé ce mercredi à l'issue de son comité de politique monétaire le maintien de ses taux directeurs dans une fourchette de 0 à 0,25%, refusant comme certains le réclamaient de passer en territoire négatif.

La banque centrale a affirmé qu'elle ne toucherait pas à l'objectif de taux des "fed funds" tant que l'économie américaine n'aurait pas absorbé les chocs récents.

La Réserve fédérale américaine s'inquiète surtout du rythme de la reprise économique "étroitement lié à l'évolution du virus". Or, dans de nombreux états, le virus circule à nouveau massivement obligeant les gouverneurs à reconfiner et donc à fermer les commerces. De quoi "peser" sur l'activité, souligne la Fed.

"Après une dégradation marquée, l'activité économique et l'emploi sont quelque peu repartis à la hausse ces derniers mois mais ils restent bien inférieurs à leurs niveaux du début de l'année", a-t-elle ajouté parlant de "déclin économique sévère".

"Risques considérables"

Conséquence, les nouvelles inscriptions au chômage qui avaient eu tendance à baisser sont reparties à la hausse la semaine dernière pour la première fois depuis la fin du mois de mars.

La Fed répète donc que l'épidémie "fait peser des risques considérables sur les perspectives économiques à moyen terme". Tout comme sur l'emploi et l'inflation. Le PIB des Etats-Unis au deuxième trimestre doit être publié jeudi, il est attendu en baisse d'au moins 35%. 

Le rythme à venir de l'économie est ainsi "extraordinairement" incertain a insisté Jerome Powell, le patron de la Fed dans sa traditionnelle conférence de presse.

L'institution a également réaffirmé son engagement à utiliser toute sa gamme d'instruments pour soutenir l'économie américaine. Mais elle souligne qu'il faudra un soutien budgétaire prolongé pour assurer la reprise, un appel du pied au Congrès qui tarde à valider le plan de relance.

Elle a par ailleurs annoncé dans un communiqué séparé l'extension d'accords de "swap", mis en place en mars face à l'avancée de la pandémie, pour permettre à neuf de ses homologues dont l'institution du Brésil, d'Australie et de pays nordiques, d'accéder facilement à des dollars. 

OC avec AFP