BFM Business

La Fed maintient sa politique monétaire ultra-accommodante

La Fed maintient sa politique

La Fed maintient sa politique - -

La Fed a décidé, ce mercredi 30 octobre, de maintenir son soutien à l'économie. Elle maintient également son taux directeur entre 0 et 0,25%.

Sans surprise, le Comité monétaire de la Réserve fédérale (Fed) des Etats-Unis a décidé, ce mercredi 30 octobre, de maintenir son soutien exceptionnel à la reprise économique américaine.

Selon le communiqué du Comité de politique monétaire (FOMC), la Fed va poursuivre ses achats mensuels de bons du Trésor (45 milliards de dollars) et de titres adossés à des créances immobilières (40 milliards). La Fed maintient également son taux directeur entre 0 et 0,25% comme elle le fait depuis fin 2008.

"Les données disponibles suggèrent que les dépenses des ménages et l'investissement en actifs fixes des entreprises ont progressé tandis que la reprise du secteur immobilier ralentissait quelque peu ces derniers mois", explique la Fed dans un communiqué, ajoutant que "la politique budgétaire pèse sur la croissance économique".

Le marché du travail a montré "quelques" améliorations supplémentaires mais il y a eu une dégradation récente des statistiques, poursuit le communiqué du Federal Open Market Committee (FOMC).

Principal élément nouveau par rapport au communiqué de septembre: la Fed ne mentionne plus le "resserrement des conditions financières observé ces derniers mois" parmi les risques pesant sur les perspectives économiques.

La confiance des ménages et des entreprises a été entamée ces dernières semaines par le blocage au Congrès sur le budget et la dette publique des Etats-Unis, qui a conduit au "shutdown", la fermeture pendant 16 jours de la plupart des administrations fédérales.

Diminuer les taux

Depuis septembre 2012, la Fed injecte chaque mois 85 milliards de dollars d'argent frais dans l'économie via des rachats de dette souveraine et hypothécaire. Ces liquidités augmentent l'argent en circulation dans l'économie, permettant de diminuer les taux. Ce qui in fine apporte un important soutien à l'activité.

Ces opérations ont pour inconvénients de précipiter la hausse des prix des actifs. Si elles durent trop longtemps, un risque de bulle, et donc de krach, sur le marché de la dette pourrait survenir. D'ailleurs, un membre du Comité de politique monétaire, Esther George, de l'antenne régionale de la Réserve fédérale de Kansas City, a voté contre cette décision, inquiète des conséquences sur l'inflation

En juin dernier, Ben Bernanke a évoqué le début de la diminution de ces rachats d'actifs, sans en dire plus sur le calendrier.

Julien Marion et Diane Lacaze