BFM Business

La confiance revient doucement à Davos

La 43ème édition du forum de Davos débute ce mercredi 23 janvier

La 43ème édition du forum de Davos débute ce mercredi 23 janvier - -

Pour cette 43ème édition du forum de Davos, la volonté est à l’apaisement. Mais la défiance demeure vis-à-vis de la finance.

Direction la Suisse pour le grand rendez-vous annuel de l'économie mondiale. Grands patrons, économistes, experts, politiques... C'est aujourd'hui, mercredi 23 janvier, que le World Economic Forum ouvre ses portes dans la station de Davos.

Les choses sont différentes cette année à Davos. Après une année 2012 assez compliquée, l’état d’esprit est à l’apaisement. Le premier à l'avoir dit est l’organisateur du forumù, Klaus Schwab, hier 22 janvier, lors du coup d'envoi officiel de ce forum. Tourner la page de la crise, faire preuve de vision, voilà les deux sujets sur lesquels il a insisté.

Confiant mais prudent, en particulier vis-à-vis de la finance. La journée a été marquée par un premier grand débat où la finance a été montrée du doigt. C'est le numéro 3 du FMI, le chinois Zhu Min qui a lancé le pavé dans la marre en face du patron de JP Morgan, Jamie Dimon. "Il y a encore beaucoup de choses à faire au niveau de la régulation", telle est la conclusion de ses propos.

Des chefs d'Etat donneront leur avis

Reste à savoir ce qu'en pensent les 2500 participants de ce forum qui vont se croiser pendant 5 jours dans le Centre des Congrès, l'endroit à Davos où se tiennent toutes les conférences.

Des centaines de grands patrons sont attendus. Il semble d'ailleurs que ces dirigeants d'entreprises soient moins pessimistes pour l'économie mondiale en 2013.

Certains chefs d'Etat et de gouvernement donneront également leur avis. On en attend une cinquantaine à Davos, dont David Cameron, la chancelière Angela Merkel, Mario Monti ou encore le russe Dimitri Medvedev. Côté français, ni François Hollande ni Jean-Marc Ayrault ne feront le déplacement en Suisse. Ils seront néanmoins représentés par le Ministre de l'Economie Pierre Moscovici et la ministre des PME, Fleur Pellerin.

Sarah Camus