BFM Business

La bourse perdue face au consommateur américain

-

- - AFP

Noël record, puis moral en berne, la bourse ne sait plus quelle direction prendre.

Au lendemain d'une ascension spectaculaire, Wall Street a connu une journée complètement folle pour terminer en hausse surprise, rétrocédant au préalable une partie de ses gains de la veille en raison d'une statistique de la confiance du consommateur décevante, avant de revenir en territoire positif dans la dernière demi-heure. Cette confiance, dont l'ampleur de la dégradation est sans équivalent depuis plus de trois ans, est tombée au plus bas depuis juillet et s'est révélée inférieure même aux prévisions les plus basses d'une enquête Reuters, suivant les données publiées par l'organisation patronale Conference Board.

A cela s'est ajoutée la fermeture des administrations fédérales - et pour l'instant leur réouverture semble être dans l'impasse - ce qui explique que la Bourse ait passé le plus clair de la journée nettement dans le rouge. Quarante-sept pour cent des Américains tiennent Donald Trump pour responsable du shutdown partiel de l'administration américaine, contre 33% qui l'imputent aux élus démocrates du Congrès, à en croire un sondage Reuters/Ipsos rendu public jeudi. Seulement 35% des personnes interrogées dans le sondage Reuters/Ipsos souhaitent que le Congrès débloque dans sa loi de finances des fonds pour le mur à la frontière mexicaine. Seuls 25% disent soutenir le shutdown provoqué par Donald Trump pour tenter de contraindre le Congrès à lui allouer les fonds qu'il réclame.

Le shutdown partiel, qui en était jeudi à son sixième jour, a eu jusqu'à présent un impact limité, en partie du fait des congés pris pour les fêtes par les 800.000 fonctionnaires fédéraux concernés, mais cette situation est de nature à changer rapidement.

Si le consommateur flanche, ça se remarquera

Sur un autre front, le président Donald Trump envisage de prendre un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunications fabriqués par les groupes chinois Huawei et ZTE, ont rapporté à Reuters trois sources au fait du dossier. A l'issue d'une nouvelle séance incroyable et technique pendant laquelle les indices américains ont accusé des pertes de près de 3%, l'indice Dow Jones a gagné 260,37 points, soit 1,14%, à 23.138,82 points. Le S&P-500, plus large, a pris 21,13 points (0,86%) à 2.488,83 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 25,14 points (0,38%) à 6.579,49 points. Sur l'ensemble du mois de décembre, les trois indices sont néanmoins en baisse de quelque 12%.

Après la hausse échevelée de la veille, durant laquelle le Dow a pour la première fois gagné plus de 1.000 points en séance, il n'est pas étonnant que le marché ait été tenté de corriger, estiment des stratèges. « Le rally d'hier laisse sceptique; on se dit que c'était juste un rebond technique », a dit David Joy (Ameriprise Financial)à l'agence Reuters. « Il n'y a pas grand monde pour croire qu'on a touché un plancher; ça n'arrivera pas tant qu'on ne verra pas un peu de stabilité sur une période de plusieurs séances, voire plus, à mon avis ».

Cette érosion de la confiance du consommateur survient alors que la veille Mastercard annonçait que les ventes de la distribution durant la période de fin d'année n'avaient jamais autant progressé depuis six ans, avec un gain de 5,1% à 850 milliards de dollars. « Le consommateur a grandement soutenu l'économie et si tout à coup il devient anxieux et que les dépenses ralentissent ça se remarquera », a ajouté Joy. La vigueur de l'économie reste une préoccupation cardinale des investisseurs à l'approche de 2019, tout comme le conflit commercial sino-américain, l'évolution des taux d'intérêt et un ralentissement prévisible de la croissance des bénéfices des entreprises américaines.

Pour l’Europe la situation est bien différente et les opérateurs craignent toujours qu’elle fasse les frais des tensions commerciales mondiales. C'est le Dax Allemand qui a le plus souffert en Europe de la séance d'hier, clôture en baisse de 2,37% , après des pertes de 3,23% en séance. Le Dax est sur une perte de quasiment 20% sur les deux derniers mois, 19,63% . Paris s'en tire presque bien avec une baisse de 0,6%, le CAC est tout de même sur des plus bas de plus de deux ans.

Enfin la Chine a dû reconnaître par la voix de son agence officielle des tensions politiques sans précédent au sommet de l’Etat, de quoi peut-être faciliter la conclusion d’un accord commercial avec les Etats Unis