BFM Business

L’Irlandais Phil Hogan renonce finalement à briguer l'OMC

-

- - JOHN THYS / AFP

Le commissaire européen au Commerce, qui s'intéressait de près au poste de directeur général de l'institution, a jeté l'éponge, avant même d'être officiellement candidat.

Le commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, a annoncé lundi qu'il renonçait à briguer le poste, bientôt vacant, de directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). "J'ai décidé de ne pas proposer mon nom", indique Phil Hogan, 60 ans, dans un communiqué.

L'Irlandais avait indiqué le 9 juin, à l'issue d'une réunion des ministres du Commerce de l'OMC, explorer la possibilité de candidater. Selon une source européenne, sa candidature à l'OMC était cependant handicapée par les positions prises lors de son précédent poste de commissaire à l'Agriculture (2014-2019) qui ont pu mécontenter certains Etats membres.

En outre, il n'aurait pas été évident pour lui de quitter l'exécutif européen quelques mois seulement après avoir pris ses nouvelles fonctions.

L'Afrique en pole

L'OMC a lancé le 8 juin la procédure de désignation de son prochain directeur général pour succéder à Roberto Azevedo qui part fin août, un an plus que tôt que prévu, pour raisons familiales.

Cinq candidats ont jusqu'à présent été officiellement proposés par leurs gouvernements. Les autres ont jusqu'au 8 juillet pour le faire. Le Mexicain Jesus Seade Kuri --qui a également la nationalité libanaise-- a été le premier déposé formellement sa candidature. Ancien directeur général adjoint de l'OMC, il a occupé des postes à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international.

La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, ancienne ministre des Finances et présidente de l'Alliance mondiale pour les vaccins et vaccinations (Gavi), et l'Egyptien Abdel-Hamid Mamdouh, qui a également la nationalité suisse et a longtemps travaillé à l'OMC, ont présenté leur candidature le 9 juin, l'Afrique n'ayant pas réussi pour l'instant à s'entendre sur un candidat unique.

Les Etats-Unis en arbitre 

La Moldavie a pour sa part présenté le 16 juin la candidature de son ancien ministre des Affaires étrangères, Tudor Ulianovschi. Enfin, la ministre du Commerce de Corée du Sud, Yoo Myung-hee, 53 ans, est la dernière à s'être présentée.

Les Etats membres de l'UE semblent eux décidés à soutenir une candidature européenne. Plusieurs Européens seraient intéressés, selon des médias, comme la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya.

Si elle veut avoir une chance de l'emporter, l'UE devra convaincre de son choix les autres pays développés, y compris les Etats-Unis. Les candidats seront invités à rencontrer les 164 membres de l'OMC lors d'une réunion extraordinaire, afin de présenter leurs vues et répondre aux questions des diplomates.

TL, avec AFP