BFM Business

L'Inde enregistre son pire taux de croissance en 10 ans

L'Inde a enregistré une croissance de 5% en 2012-2013

L'Inde a enregistré une croissance de 5% en 2012-2013 - -

Le pays a enregistré une croissance de 5% en 2012-2013, selon les chiffres publiés ce vendredi 31 mai. Loin des 10% nécessaires pour lutter contre la pauvreté.

Coup dur pour l'Inde. Le pays a enregistré une croissance en 2012-2013 de 5%, soit son pire résultat depuis dix ans, selon les données officielles publiées vendredi 31 mai.

Au quatrième trimestre de cet exercice, correspondant aux mois de janvier à mars, la croissance s'est encore effritée à 4,8% sur un an, selon le bureau national des statistiques.

Elle est toutefois lègèrement meilleure que celle du troisième trimestre (+4,5%).

Ouverture de l'économie aux investisseurs étrangers

Un manque de confiance des investisseurs, une forte inflation et une faible demande des pays occidentaux expliquent notamment le ralentissement de l'activité de la troisième puissance économique d'Asie.

Ce résultat, largement anticipé par les analystes, intervient un an avant des élections générales qui se présentent sous un jour délicat pour le parti du Congrès (centre-gauche), réélu en 2009 sur le thème de la "croissance pour tous".

En dépit des efforts du gouvernement pour ouvrir davantage l'économie aux investisseurs étrangers, via un "big bang" des réformes annoncées à l'automne, la plupart des analystes jugent que la relance est loin d'être au rendez-vous.

Blocage parlementaire

Parmi la rafale de réformes annoncées l'an dernier par le Premier ministre, Manmohan Singh, certaines sont toujours bloquées par un parlement hostile, notamment la libéralisation du secteur de l'assurance et de l'épargne-retraite et une loi-clé simplifiant l'acquisition foncière.

Nouveau revers pour le gouvernement, l'agence de notation financière Standard and Poor's a annoncé ce mois-ci que l'Inde avait "une chance sur trois" de perdre sa note souveraine.

Cette annonce intervenait après que le ministère des Finances avait réclamé un relèvement de la note de l'Inde, arguant des mesures énergiques prises pour réduire le déficit et promouvoir les investissements.

La note de l'Inde qui est de BBB- est déjà la plus basse des pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et son abaissement à la catégorie spéculative augmenterait le coût de l'emprunt de ce pays et l'investissement y serait considéré risqué.

Lutte contre la pauvreté

L'OCDE a pour sa part abaissé cette semaine ses prévisions de croissance 2013-14 à 5,3%, contre 5,9% précédemment.

Plus optimiste, le ministère des Finances table, lui, sur une croissance comprise entre 6,1% et 6,7%.

Si ces chiffres peuvent paraître élevés pour les pays occidentaux à l'anémique croissance, le gouvernement indien estime que la lutte contre la pauvreté ne sera efficace qu'après avoir atteint le seuil de 10% de croissance.

BFMbusiness.com et AFP