BFM Business

L'été de la moisson de contrats franco-chinois

A l'occasion de la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang en France ces trois dernier jours, de nombreux contrats entre entreprises françaises et chinoises ont été annoncés.

STMicroelectronics, Schneider, Alcatel pour le côté français, Huawei et China Mobile Communications côté chinois. Une nouvelle salve de contrats entre industriels de l'Hexagone et de l'Empire du milieu a été signée ce jeudi, lors d'une cérémonie présidée par le Premier ministre chinois, Li Keqiang, en visite en France pour trois jours, et son homologue français, Manuel Valls, à Toulouse. Une vingtaine en tout, qui représentent en cumulé environ 3,5 milliards d'euros, auxquels s'ajoutent plusieurs milliards d'euros d'accords de crédits et de financement. Voici les principaux:

> Dans l'électronique

500 millions de dollars. C'est le montant estimé du contrat noué entre STMicroelectronics et Huawei. Il porte sur la fourniture de composants au groupe chinois. Cet accord global de coopération sur cinq ans doit permettre aux deux groupes de définir un cadre qui favorisera une augmentation progressive du volume d'affaires d'un montant, donc, de 500 millions de dollars sur la période 2015-2020.

> Dans l'énergie

Schneider Electric a signé un contrat d'un demi-milliard de dollars avec la compagnie nationale qui gère les infrastructures chinoises, China National Building Materials Group, pour collaborer dans la la gestion de la consommation énergétique de bâtiments et d'usines.

> Dans les télécommunications

Alcatel-Lucent a signé deux accords-cadres de coopération, dont l'un avec l'entreprise nationale de télécommunication China Mobile Communications, pour un montant de 1,3 milliard d'euros. Le Français qui vient de se faire racheter par Nokia devra fournir des équipements de télécommunication à des groupes chinois hors de Chine, principalement en Afrique.

> Dans l'aéronautique

L'avionneur européen Airbus a signé une grande commande ferme de 45 A330, plus une option sur 30 exemplaires supplémentaires, avec l'importateur chinois CAS. Ce contrat majeur avoisine les 10 milliards d'euros, 16 milliards en incluant les options. Un autre accord prévoyant l'extension du site chinois d'Airbus à Tianjin pour aménager les cabines des A330 destinés au marché chinois a été conclue. Les appareils, assemblés à Toulouse, s'envoleront vides et pas encore peints vers la Chine.

> Dans le tourisme

Le groupe Pierre et Vacances a signé un accord pour développer ses Centers Parcs en Chine et en Asie.

> Dans le nucléaire

Appelant au renforcement des relations économiques franco-chinoises, Li Keqiang a fait allusion "aux efforts pour que nos deux pays puissent créer une fusion nucléaire. Mais bien sûr c'est dans le domaine civil et c'est pour la paix!", a-t-il assuré, sourire aux lèvres. Saluant la nouvelle déclaration conjointe franco-chinoise sur le nucléaire civil, le chef du gouvernement français a réitéré son soutien à ce qui est "plus que jamais une énergie d'avenir".

> Dans la linguistique ?

Devant 400 dirigeants de sociétés, dont 230 chinois, le Premier ministre Manuel Valls a par ailleurs prononcé quelques mots de mandarin. "Je voudrais adresser aujourd'hui ce message aux chefs d'entreprises chinoises: venez-vous installer en France ! La France saura toujours répondre à vos attentes et à vos ambitions", a lancé Manuel Valls, répétant ensuite son appel en mandarin. La France draine environ 1% des investissements chinois annuels à l'étranger, et quelque 13.000 emplois en France dépendent déjà de ces investissements, selon le gouvernement.

N.G. avec agences