BFM Business

L'état d'urgence décrété en Louisiane à cause de la marée noire

Lors des opérations visant à endiguer la nappe de pétrole brut échappé d'une plate-forme accidentée dans le Golfe du Mexique, mercredi. Alors que la marée noire devrait atteindre le littoral de la Louisiane vendredi soir, le gouverneur de cet Etat Bobby J

Lors des opérations visant à endiguer la nappe de pétrole brut échappé d'une plate-forme accidentée dans le Golfe du Mexique, mercredi. Alors que la marée noire devrait atteindre le littoral de la Louisiane vendredi soir, le gouverneur de cet Etat Bobby J - -

HOUSTON - Le gouverneur de la Louisiane, Bobby Jindal, a proclamé jeudi l'état d'urgence dans son Etat en raison de la menace que fait peser la...

par Chris Baltimore

HOUSTON (Reuters) - L'énorme marée noire qui s'est formée dans le golfe du Mexique après l'explosion, la semaine dernière, d'une plate-forme pétrolière, pourrait atteindre la côte Sud des Etats-Unis vendredi.

Le flot de pétrole qui s'échappe du puits off-shore foré pour le compte BP s'est révélé jeudi cinq fois plus important qu'on ne le pensait et la nappe fait peser la menace d'une catastrophe écologique de grande envergure sur le littoral de Louisiane, du Mississippi, d'Alabama et de Floride. Elle risque en outre de perturber les livraisons pétrolières et d'entraîner le report de nouveaux projets de forage en mer.

"Il s'agit d'une marée noire d'ampleur nationale", a estimé Janet Napolitano, secrétaire à la Sécurité intérieure, lors d'une conférence de presse à la Maison blanche. "Nous allons continuer à demander à BP la réaction la plus ferme possible", a-t-elle ajouté.

Le gouverneur de Louisiane, dont l'Etat se remet à peine du passage de l'ouragan Katrina, en 2005, a décrété l'état d'urgence. Barack Obama a quant à lui indiqué que tous les moyens disponibles, y compris militaires, seraient mis en oeuvre.

Le président a ajouté que BP serait in fine responsable du financement des opérations de nettoyage. Le titre de la compagnie britannique a perdu 10% depuis l'accident du 20 avril.

L'armée américaine réfléchit au meilleur moyen de contribuer aux efforts mis en oeuvre pour limiter la catastrophe, a fait savoir le Pentagone.

Selon le contre-amiral Sally Brice O'Hare de la Garde-côtes, la nappe devrait atteindre le delta du Mississippi "à un moment ou à un autre, demain".

"DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE ET ÉCONOMIQUE"

Barack Obama a été informé des éventuelles perturbations du trafic maritime et des livraisons de pétrole sur le marché américain. La marée noire pourrait en outre avoir des conséquences sur le débat parlementaire et sur les projets du président en ce qui concerne l'allégement du moratoire sur les forages off-shore.

Craignant un "désastre écologique et économique", le sénateur démocrate de Floride Bill Nelson a annoncé le dépôt d'une proposition de loi pour interdire provisoirement tout nouveau forage.

Selon les premières indications, la catastrophe pourrait être plus grave encore que celle de 1969 au large de Santa Barbara qui a entraîné l'adoption du moratoire qu'Obama envisage d'alléger.

Son administration n'exclut pas d'exiger une pause pour obtenir des garanties de sécurité de la part des compagnies pétrolières qui exploitent des gisements en eaux profondes.

"Tout est sur la table", a expliqué David Hayes, adjoint du secrétaire à l'Intérieur, selon lequel trois mois pourraient être nécessaires pour combler le puits. Onze ouvriers, toujours portés disparus, ont vraisemblablement trouvé la mort dans l'accident.

La plate-forme Deepwater Horizon a coulé le 22 avril, deux jours après une explosion suivie d'un incendie. La compagnie suisse Transocean, propriétaire de la plate-forme, achevait alors le forage d'un puits pour BP à 64 km au sud-est de l'embouchure du Mississippi.

Le flot de pétrole qui se répand dans les eaux du golfe du Mexique est désormais évalué à 5.000 barils par jour, soit 795.000 litres.

La marine a fourni des barrages flottants et sept systèmes de pompage aux garde-côtes, qui, épaulés par BP, ont déployé ce que la firme a qualifié d'opération anti-marée noire la plus importante de l'histoire. Des moyens aériens sont également mobilisés.

Malgré l'ampleur des opérations, le puits situé à plus de 1.500m sous la surface continue à fuir. Après l'échec de plusieurs missions menées à l'aide d'engins robotisés pour tenter de combler la fuite, BP et les garde-côtes ont décidé mercredi de procéder à des "incendies contrôlés" pour limiter la croissance de la nappe.

"Nous ne renoncerons pas tant que nous n'aurons pas fait tout ce qui est possible pour maîtriser cela", a assuré Andrew Gowers, responsable des relations avec la presse de la firme.

Les éleveurs de crevettes de Louisiane ont engagé mercredi une action de groupe contre BP, Transocean et Halliburton Energy Services qui, selon les documents judiciaires, participait au projet. Les plaignants accusent Halliburton de malfaçons qui auraient contribué à l'accident.

Avec Kristen Hays à Houston et Pascal Fletcher à Miami. Gregory Schwartz et Jean-Philippe Lefief pour le service français