BFM Business

L'emploi aux USA débute l'année sur les chapeaux de roue

Les fortes créations de postes ont toutefois été contrebalancées par la hausse du taux de chômage

Les fortes créations de postes ont toutefois été contrebalancées par la hausse du taux de chômage - Joe Raedle - AFP

Les créations d'emploi ont été extrêmement fortes, au nombre de 257.000 pour le mois de janvier, selon les données du ministère du Travail publiées ce vendredi 6 février. Un bon chiffre toutefois ternie par la hausse du taux de chômage.

L'emploi américain a commencé l'année en trombe malgré une légère remontée du taux de chômage, confirmant la vigueur de la reprise aux Etats-Unis et le scénario d'un possible changement de cap monétaire.

Le rapport sur l'emploi dévoilé ce vendredi par le département du Travail devrait apporter du baume au coeur à l'administration Obama même s'il ne recèle pas que des bonnes surprises.

Le taux de chômage américain est ainsi remonté de 0,1 point en un mois pour s'établir à 5,7%, après être tombé en décembre à son plus bas niveau depuis près de six ans, selon l'étude du ministère réalisée auprès des ménages.

En un mois, le nombre de chômeurs aux Etats-Unis est reparti à la hausse de 3,3% pour s'établir à près de 9 millions, marquant un coup d'arrêt à la baisse des derniers mois. Autres ombres au tableau, le taux de chômage des Noirs reste deux fois supérieur à celui des Blancs et près de 7 millions d'Américains sont contraints de travailler à temps partiel pour "raisons économiques".

257.000 créations de postes

Malgré ces quelques nuages, les créations d'emplois, qui sont elles calculées en sondant les entreprises, ont confirmé leur dynamisme et augurent de beaux lendemains économiques aux Etats-Unis. En janvier, l'économie américaine a ainsi créé 257.000 emplois de plus qu'elle n'en a détruit, surpassant de loin les prévisions des analystes (235.000).

Le ministère a également considérablement revu à la hausse les créations d'emplois des deux derniers mois qui s'établissent désormais à 329.000 en décembre et 423.000 en novembre, gagnant à chaque fois environ 70.000 par rapport aux estimations initiales. La moyenne sur les trois derniers mois s'établit à présent à un très haut niveau (336.000), dépassant de loin celle sur l'ensemble de l'année 2014 qui a été pourtant un grand cru pour l'économie américaine.

"Les entreprises américaines sont dans une frénésie d'embauches et commencent également à payer davantage", a relevé Sal Gutieri analyste chez BMO Capital Markets. Pour son premier mois de l'année, la plupart des secteurs d'activité s'affichent dans le vert, notamment le secteur de la santé et de l'assistance sociale (+49.700 emplois), le commerce de détail (+46.000 emplois), la construction (+39.000 emplois) ou le secteur financier (+26.000).

Rares secteurs dans le rouge, la production minière et les transports ont eux, respectivement, détruit 3.000 et 8.600 emplois, selon les données du ministère. Après avoir montré d'inquiétants signes de faiblesse et fait figure de parents pauvres de la reprise américaine, les salaires semblent par ailleurs commencer à profiter de l'embellie sur le marché de l'emploi.

J.M. avec AFP