BFM Business

L'Argentine a remboursé les fonds vautours

L'Argentine de Mauricio Macri a soldé un litige vieux de plusieurs années.

L'Argentine de Mauricio Macri a soldé un litige vieux de plusieurs années. - Eitan Abramovich - AFP

"L'État argentin a intégralement remboursé les fonds spéculatifs qui lui réclamaient plusieurs milliards de dollars, ouvrant ainsi la voie à un retour définitif sur les marchés financiers."

C'est un feuilleton vieux de 15 ans qui est en passe de s'achever. Ce vendredi 22 avril, l'Argentine a en effet informé la justice américaine qu'elle avait remboursé intégralement les fonds vautours conformément à l'accord conclu fin février pour mettre un terme au litige sur sa dette. 

"La République (argentine) a payé en intégralité", a écrit Michael Paskin, l'avocat auquel Buenos Aires ce dossier, dans le courrier qu'il a envoyé au juge Thomas Griesa qui est lui en charge de ce contentieux. En conséquence, l'avocat demande au magistrat new-yorkais de lever "toutes les injonctions" qui empêchent le retour plein et entier du pays sur les marchés financiers.

Toutes les conditions remplies

Après des années de blocage, l'Argentine était parvenue le 29 février à un accord avec ses principaux créanciers qui refusaient toute décote sur leurs titres de dette, achetés à prix cassés après la faillite de 2001. Le pays s'était alors engagé à leur rembourser la somme totale de 6,5 milliards de dollars.

Les fonds dits "vautours" NML Capital et Aurelius Management, qui menaient la bataille contre Buenos Aires, et les autres créanciers associés à l'accord ont été remboursés grâce à une émission obligataire de 16,5 milliards de dollars réalisée par l'Argentine cette semaine, avec l'accord de la justice américaine.

Le gouvernement argentin du président de centre-droit Mauricio Macri, investi en décembre, a ainsi rempli les deux conditions fixées par la justice américaine pour normaliser sa situation: l'abrogation de la loi empêchant le paiement des fonds vautours et leur remboursement effectif.

Y.D. avec AFP