BFM Business

L'Arabie saoudite se donne 15 ans pour ne plus être pétro-dépendante

L'Arabie ne veut plus être autant dépendante au pétrole.

L'Arabie ne veut plus être autant dépendante au pétrole. - Fayez Nureldine - AFP

"L'économie du royaume est pour le moment trop dépendante du pétrole. Le vice-prince héritier Mohammed Ben Salmane a présenté ce lundi son projet baptisé "Vision 2030" au conseil des ministres."

Des responsables saoudiens ont mis au point un plan détaillé pour diversifier l'économie du royaume. Ils la jugent trop dépendante du pétrole, et ont soumis ce plan à l'approbation du gouvernement.

Le Programme de Transformation Nationale (PTN) est conçu en application de la "Vision 2030", un document en 84 pages publié en avril par le vice-prince héritier Mohammed Ben Salmane, une trentenaire bien décidé à mener des réformes dans cette riche monarchie du Golfe. Au coeur de la Vision, figure la cession de moins de 5% du géant pétrolier public Saudi Aramco. L'argent généré de cette vente devra faire partie d'un fonds d'investissement doté de 2.000 milliards de dollars, le plus grand au monde. Les bénéfices dégagés par ce fonds d'investissement devront aider à trouver une alternative aux recettes pétrolières, qui ont baissé de moitié depuis 2014 sous l'effet de la chute des prix du brut.

Réduire le chômage

Selon l'agence officielle Spa, la principale instance de coordination, le Conseil des Affaires économiques et de développement, présidé par le prince Mohammed Ben Salmane, a décidé dimanche de soumettre "la version finale" du PTN au Conseil des ministres, réuni lundi. Une conférence de presse est prévue en soirée à Jeddah, sur la mer Rouge, la capitale d'été du gouvernement.

Selon la Version 2030, le PTN concerne le rôle du gouvernement "dans la mise en oeuvre des initiatives nécessaires à la réalisation des priorités nationales". Parmi ses nombreux objectifs, la Vision 2030 cherche également à réduire le chômage, augmenter la participation des femmes dans la population active, stimuler les contributions économiques du secteur privé et développer des activités culturelles et de divertissement dans le pays. L'Arabie saoudite est l'un des pays les plus conservateurs au monde, où les jeunes de moins de 25 ans forment plus de la moitié de la population.

D. L. avec AFP