BFM Business

Il vend son groupe et reverse 220.000 euros à chaque salarié

-

- - CC

Le patron d'un service turc de livraison de nourriture à domicile a prélevé 25 millions d'euros sur le montant versé par le géant allemand Rocket Internet pour prendre le contrôle de son entreprise. 115 salariés se sont partagés ce magot.

Vous êtes servi sur un plateau. Voilà le logo de la société Yemeksepeti, le leader turc de la livraison de plats à domicile, le AlloResto local. Un logo que le patron de l'entreprise a repris à son compte. Nevzat Aydin s'est en effet montré royal avec ses salariés. L'homme qui vient de revendre son entreprise pour 530 millions d'euros à l'allemand Delivery Hero (groupe Rocket Internet) a décidé de prélever 25 millions d'euros sur cette somme pour la distribuer à ses salariés. Du moins à ceux qui étaient dans la société depuis plus de deux ans, période suffisante pour considérer qu'ils ont contribué à son succès.

Pour cet entrepreneur, la ponction reste légère (à peine 5%) mais pour les 114 bénéficiaires de son geste, le bonus est énorme: 220.000 euros, en moyenne. En fait, le montant versé à chacun d'entre eux a été calculé en fonction de ses performances et de son ancienneté.

Si cette somme peut paraître très importante à des Français, elle est encore plus au regard des standards turcs puisqu'elle représente plus de 350 fois le salaire moyen qui était en 2014 de 590 euros selon Eurostat. Mais les salariés de Yemeksepeti étaient déjà mieux lotis puisqu'ils gagnaient entre 900 et 1.800 euros par mois.

"Cet argent va nous changer la vie"

Pourquoi un tel élan de générosité? "Parce que le succès de Yemeksepeti ne s'est pas fait du jour au lendemain, explique Nevzat Aydin, au site américain CNNMoney, beaucoup de gens ont participé à l'aventure avec leur talent et en travaillant dur." Lors de l'annonce du bonus, les employés qui ont pour beaucoup fait toute leur carrière dans l'entreprise étaient apparemment très émus. Nedim Nahmias en témoigne: "Il y avait beaucoup d'émotion ce jour-là, cet argent va nous changer la vie à tous." Beaucoup de gratitude qu'ils pourront manifester encore longtemps à leur patron qui, malgré la vente, va rester PDG de l'entreprise qu'il a créé en 2000.

Frédéric Bianchi