BFM Business

Il accuse Coca-Cola et McDo d'être "en guerre" contre la Russie

Guennadi Onichtchenko a été le "Médecin en chef" de la Russie pendant près de 20 ans.

Guennadi Onichtchenko a été le "Médecin en chef" de la Russie pendant près de 20 ans. - KIRILL KUDRYAVTSEV - AFP

Un conseiller du Premier ministre russe Dimitri Medvedev affirme que les deux groupes américains livrent bataille contre Moscou, ce jeudi 5 mars. Il dénonce leur "marketing agressif".

En 2015, Coca-Cola et McDonald's, deux enseignes qui sont en quelque sorte les étendards de l'économie américaine, ne feraient toujours pas bon ménage avec la Russie.

Ce jeudi 5 mars, un conseiller du Premier ministre russe Dimitri Medvedv, a ainsi accusé les deux groupes de mener "une guerre contre son pays". "Leur marketing agressif, qui n'a rien à voir avec les traditions alimentaires russes, est comparable à une opération de guerre contre notre peuple", a déclaré Guennadi Onichtchenko, ancien "médecin en chef" du pays, cité par l'agence publique russe Ria-Novosti.

Guennadi Onichtchenko avait déjà qualifié l'été dernier Coca-Cola et Pepsi de "véritables armes chimiques", regrettant que ces boissons ne figurent pas sur la liste des produits touchés par l'embargo alimentaire russe.

Le "médecin chef de la Russie" pendant 20 ans

La Russie a décrété en août dernier un embargo sur des produits alimentaires en provenance de l'Union européenne et des Etats-Unis, qui avaient adopté de leur côté une série de sanctions contre Moscou l'accusant de soutenir militairement les rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Dans le même temps, McDonald's s'est trouvé dans le collimateur des autorités sanitaires russes qui ont effectué des centaines d'inspections dans les restaurants de la chaîne, l'accusant de "fraude à la consommation" et de "violations répétées" des normes sanitaires. McDonald's avait dû en conséquence fermer neuf de ses restaurants à Moscou et en région, dont quelques-uns ont ensuite été rouverts.

"Médecin en chef" de la Russie pendant presque 20 ans, Guennadi Onichtchenko, qui a quitté ses fonctions en 2013, est connu pour avoir été à l'origine d'interdictions lancées, officiellement toujours pour des raisons sanitaires, contre des produits d'ex-républiques soviétiques avec lesquelles Moscou avaient des relations difficiles. Il avait ainsi banni en 2006 du territoire russe les vins et eaux minérales de la Géorgie, république du Caucase qui était alors en train de se rapprocher de l'Occident.

J.M. avec AFP