BFM Business

Idrac : « Il n’y a pas que la Chine dans la vie »

BFM Business

La secrétaire d’Etat au Commerce Extérieur Anne-Marie Idrac a évoqué les différents débouchés pour les exportations françaises.

Guillaume Cahour : Quand on parle d'exportation dans les médias, on fait peut-être une erreur, on parle beaucoup de la Chine, comme si c'était un Eldorado. Est-ce que les entrepreneurs français ont ce même réflexe de viser à tous prix la Chine, qui n'est pas un marché évident ?

Anne-Marie Idrac : Il y a 9 000 entreprises environ qui exportent en Chine, donc c'est effectivement un gros marché. Il y a un volume de consommateurs considérables. Mais j'ai envie de dire qu'il n'y a pas que la Chine dans la vie. La Chine est loin, aussi bien géographiquement que culturellement. Et donc, en terme de risques pour trouver des partenaires par exemple.

Guillaume Cahour : Et pas forcément accessible ?

Anne-Marie Idrac : Tout à fait. Il faut que l'on ait une approche assez diversifiée. Je pense par exemple qu'il y a un énorme avenir autour de la Méditerranée. J'ai réuni la semaine dernière 40 Ministres, ceux de l'Europe et du tour de la Méditerranée, pour préparer l'Union pour la Méditerranée au niveau des chefs d'Etat et de Gouvernement que réunira Nicolas Sarkozy le 13 juillet. Je vous assure que c'est absolument formidable de voir comment les PME, des deux côtés de la Méditerranée, sont vraiment intéressées pour développer le commerce mais aussi des alliances, des partenariats. L'Union pour la Méditerranée peut être un atout, pour développer ensemble autour de la Méditerranée, des produits textiles par exemple, de qualité, qui nous permettent d'avoir des industries de type méditerranéen pour tenir toute notre place par rapport à la Chine ou à l'Inde.

Guillaume Cahour : Est-ce que l'Union pour la Méditerranée, économiquement, ne sera pas plutôt profitable à la partie Méditerranéenne, plutôt qu'à la partie Européenne ?

Anne-Marie Idrac : Je ne crois pas. Les échanges sont toujours intéressants dans les deux sens. Et en plus, si les pays du Sud de la Méditerranée peuvent se développer, peuvent en particulier trouver des emplois pour leurs jeunes qui sont très nombreux, je pense que ce sera un meilleur équilibre pour tout le monde, un meilleur équilibre humain, démographique et d'émigration.

La rédaction-Bourdin & Co