BFM Business

Hollande veut "doubler les échanges commerciaux" avec le Brésil

François Hollande et Dilma Roussef ont évoqué "des liens de confiance" entre les deux pays.

François Hollande et Dilma Roussef ont évoqué "des liens de confiance" entre les deux pays. - -

Le président de la République a affirmé, ce jeudi 12 décembre, vouloir "doubler les échanges franco-brésiliens" dans "les prochaines années". Il a expliqué que ces échanges ont déjà doublé en 10 ans.

François Hollande affiche ses ambitions commerciales avec le Brésil. Lors d'une conférence commune avec son homologue brésilienne, Dilma Roussef, ce jeudi 12 décembre à Brasilia, il a ainsi affirmé vouloir "doubler encore encore les échanges commerciaux" franco-brésiliens "dans les prochaines années".

"Nous avons entre nos deux pays un partenariat stratégique depuis 2006" et il faut lui donner "toute sa force et toute sa place", a-t-il déclaré.

"Malgré la crise nos échanges commerciaux n'ont cessé de progresser et ont même doublé en 10 ans", a-t-il d'abord rappelé.

François Hollande a souligné que les entreprises françaises investissaient chaque année deux milliards d'euros au Brésil.Dans le domaine des hautes technologies, il a aussi plaidé en faveur "de partenariats, d'alliances pour être les plus forts ensemble".

"Des liens de confiance"

Soucieux de "renforcer des liens de confiance, d'estime et d'amitiés", avec le Brésil, il a considéré que la première économie d'Amérique latine devait "occuper toute sa place dans le concert des nations, y compris au conseil de sécurité de l'Onu".

François Hollande s'est par ailleurs dit "très reconnaissant pour l'accord que nous avons pu trouver pour la lutte contre l'orpaillage clandestin". "Nous avons 700 km de frontières communes et c'est notre devoir d'assurer leur sécurité", a-t-il affirmé Dilma Roussef. L'orpaillage clandestin constitue un fléau dans le département limitrophe français de la Guyane.

"Une coopération unique"

La présidente brésilienne a, elle, salué une coopération "unique par son contenu, son amplitude et sa profondeur, en particulier dans les domaines de la défense et des biens de hautes technologies".

L'intensification des échanges "illustre la tendance de plus en plus nette de l'entrepreneuriat français et international a lier la prospérité de ses entreprises au marché brésilien", a-t-elle déclaré.

J.M. avec AFP