BFM Business

Harvey: une usine Arkema évacuée à cause d'un risque d'explosion

L'usine du français Arkema et les maisons située à moins de 2,4 kilomètres d'elles ont été évacuées.

L'usine du français Arkema et les maisons située à moins de 2,4 kilomètres d'elles ont été évacuées. - Win Mcnamee - AFP

Une usine chimique Arkema au Texas et son périmètre proche ont été évacués à cause d'un risque potentiel d'incendie ou d'explosion, conséquences éventuelles des inondations.

Les résidents du comté de Harris au Texas qui vivent dans un rayon de 2,4 kilomètres autour d'une usine chimique du groupe français Arkema ont été évacués par précaution, en raison des risques d'incendie ou d'explosion, ont annoncé mardi les autorités locales et les responsables d'Arkema.

"Il s'agit uniquement d'une mesure de précaution", a souligné dans un communiqué le chef des pompiers du comté, qui comprend aussi la ville de Houston, dont une partie importante a été noyée sous les trombes d'eau déversées par la tempête Harvey.

Le risque d'explosion est réel

Arkema a prévenu le comté "de la possible réaction de certains des produits chimiques présents sur le site. Potentiellement la réaction chimique pourrait provoquer un incendie sur le site, ce qui pourrait produire une large quantité de fumée noire", précise le communiqué des autorités locales.

Le site de Crosby fabrique des peroxydes organiques, un composé qui rentre dans la fabrication de plastiques.

Dans un communiqué, Arkema indique avoir dû évacuer la petite équipe qui restait sur le site de Crosby en fin d'après-midi mardi, la situation devenant trop dangereuse. "À l'heure actuelle, bien que nous ne pensions pas qu'il y ait de danger immédiat, le potentiel qu'une réaction chimique résulte en un incendie et/ ou une explosion est réel", souligne l'entreprise.

Les produits chimiques ne sont plus réfrigérés

Les produits chimiques stockés sur le site doivent être réfrigérés, mais l'électricité a été coupée par les pluies torrentielles et les générateurs de secours ont été noyés. Les produits dangereux ont été alors déplacés de leurs hangars réfrigérés pour être mis dans des containers réfrigérés par des moteurs diesel, mais là encore la montée des eaux a coupé les moteurs, explique Arkema.

"Arkema ne peut pas faire grand-chose en attendant que la tempête ne se calme", souligne le communiqué, ajoutant que la température des containers réfrigérés est surveillée à distance. Arkema, qui est coté en bourse, est une multinationale basée près de Paris, née de la restructuration de la branche chimie du géant pétrolier Total. 

N.G. avec AFP