BFM Business

Face aux critiques sur le sort des ouvriers, le Qatar va instaurer un salaire minimum

Le Qatar pourrait mettre en place un salaire minimum.

Le Qatar pourrait mettre en place un salaire minimum. - STR- AFP

L'organisateur du Mondial-2022 de football est souvent critiqué pour son traitement des ouvriers immigrés. Pour y mettre fin, le pays a annoncé qu'il allait mettre en place un salaire minimum. Mais ni le montant ni la date d'entrée en vigueur ne sont connus.

Le Qatar, organisateur du Mondial-2022 de football et critiqué pour son traitement des ouvriers immigrés, va mettre en place un salaire minimum pour les travailleurs, a indiqué l'agence officielle. Aucun détail sur le montant du salaire minimum ou la date de son entrée en vigueur n'a été fourni.

La Qatar News Agency a également annoncé que l'émirat gazier avait signé des accords bilatéraux avec 36 pays dont il tire une grande partie de ses quelque 2 millions de travailleurs étrangers, en vue de leur fournir une protection juridique.

Lancement d'une enquête officielle?

Ces annonces interviennent juste avant le début d'une réunion cruciale de l'Organisation internationale du travail (OIT), qui pourrait voir cette agence de l'ONU lancer une enquête officielle sur le sort des travailleurs migrants au Qatar. Elles ont été rendues publiques par le ministre du Développement administratif, du Travail et des Affaires sociales Issa Saad al-Jafali al-Nuaimi, lors d'une réunion avec des diplomates étrangers.

Le Qatar a été épinglé à plusieurs reprises par des ONG sur les conditions des travailleurs, notamment sur les chantiers de construction du Mondial-2022.

D. L. avec AFP