BFM Business

Etats-Unis: des créations d'emplois record en octobre

Le taux de chômage américain a progressé de 0,1% en octobre.

Le taux de chômage américain a progressé de 0,1% en octobre. - -

Le taux de chômage américain pour le mois d'octobre, publié ce vendredi 8 novembre, est en hausse de 0,1% à 7,3%. Mais le nombre de créations d'emplois atteint un record, à 204.000 nouveaux emplois.

Des chiffres en demi-teinte pour l'emploi américain. Selon les chiffres publiés ce vendredi 8 novembre par le département du Travail. Le taux de chômage a très légèrement augmenté, de 0,1%, à 7,3%.

Mais les créations d'emplois ont progressé à un niveau exceptionnel, atteignant 204.000 nouveaux postes. C'est beaucoup mieux que les prévisions: les analystes s'attendaient à 100.000 nouvelles embauches.

Les chiffres d'août et de septembre ont, en outre, été revus en hausse, ce qui rajoute en tout 60.000 créations d'emplois aux données initiales, signe que la situation économique américaine était meilleure qu'annoncé au moment du conflit politique sur le budget.

L'impact du shutdown

Conséquence du shutdown -la fermeture de certaines administrations américaines pendant deux semaines faute d'accord sur le budget fédéral- ces chiffres ont été publiés avec une semaine de retard.

Ils ont d'ailleurs été influencés par cet épisode de la crise budgétaire. Parmi les chômeurs supplémentaires, ils sont 448.000 de plus qu'en septembre à s'être déclarés "au chômage temporaire", une catégorie qui inclue les fonctionnaires au chômage technique pendant le shutdown.

Ces données étaient très attendues par les marchés, qui n'ont que peu réagi à la dégradation de la note souveraine de la France par Standard & Poor's. Le Cac 40 continuait d'être orienté à la baisse ce 8 novembre en milieu d'après-midi, le recul s'est même accentué au moment de l'annonce de ces statistiques.

Depuis que le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, a conditionné la poursuite de sa politique monétaire ultra-accomodante à la persistance du chômage, les investisseurs appréhendent de trop bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis.

N.G. avec agences