BFM Business

Espagne : élections législatives anticipées pour le 28 avril

Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, le 14 décembre 2018 à Bruxelles

Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, le 14 décembre 2018 à Bruxelles - JOHN THYS / AFP

Faute d’avoir pu faire adopter son budget, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez (socialiste) a décidé de dissoudre le parlement.

Bis repetita. Pour la troisième fois en moins de quatre ans, les Espagnols vont être conviés aux urnes pour de nouvelles législatives, le 28 avril prochain. Le chef du gouvernement Pedro Sanchez (socialiste) a vu son budget rejeté, tandis que la crise catalane continue de perturber le pays.

« J'ai proposé la dissolution du parlement et la convocation d'élections législatives pour le 28 avril » a expliqué celui qui n’est au pouvoir que depuis 8 mois. Depuis cette date, il dirige une majorité très fragile, formée par les socialistes, la gauche radicale, les nationalistes basques et les indépendantistes catalans.

Ce sont ces derniers qui ont finalement rejeté le budget, alors que le dialogue entre le gouvernement et les indépendantistes a été rompu la semaine dernière. Mardi, le procès de la tentative de sécession de la Catalogne de 2017 s’est ouvert dans un climat de forte tension.

Désormais, l’Espagne navigue à vue, avec des législatives très incertaines en ligne de mire. Le délai est court pour que l’opposition de droite se mette en état de marche, et le chef du gouvernement actuel espère bien en profiter.

Mais c’est surtout l’émergence du parti d’extrême-droite Vox qui inquiète l’exécutif. Selon plusieurs sondages, le PP (droite), Ciudadanos et Vox seraient en mesure de former une majorité ensemble au niveau national, comme ils l'ont fait en janvier en Andalousie (sud) pour chasser les socialistes de leur fief historique.