BFM Business

Eric Chaney: "les Etats-Unis ont pris le reste du monde en otage"

Eric Chaney, chef économiste d'Axa, était l'invité de BFM Business, jeudi 17 octobre.

Eric Chaney, chef économiste d'Axa, était l'invité de BFM Business, jeudi 17 octobre. - -

Le chef économiste d'Axa et spécialiste de l'économie américaine, était l'invité de BFM Business ce jeudi 17 octobre. Il est revenu sur la situation outre-Atlantique après l'accord budgétaire, mais aussi sur la Chine qui appelle à un nouvel ordre mondial.

L'accord entre républicains et démocrates scellé, il est déjà temps de faire un premier bilan. Car la crise budgétaire américaine a laissé des traces. Pour Eric Chaney, chef économiste d'Axa, invité de Good Morning Business ce 17 octobre, "les Etats-Unis ont pris le reste du monde en otage".

Pour ce spécialiste de l'économie américaine, "cela montre que l'on ne peut pas faire n’importe quoi avec les finances publiques fédérales." Revenant sur le mécanisme "couperet" du plafond de la dette, il estime que ce dernier est "quelque chose d’intelligent s’il est utilisé comme une menace. Mais s’il rentre en œuvre, il faut reconnaître que ce n’est pas la manière la plus intelligente de gérer les finances publiques."

Dette chinoise

Autre point important soulevé par Eric Chaney: la position de la Chine dans cette affaire. Plusieurs voix s'élèvent en effet pour appeler à un nouvel ordre mondial, comme cet éditorialiste de l'agence Chine nouvelle qui affairme :"c'est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d'un monde désaméricanisé".

A cela, Eric Chanet répond: "les Chinois mettent le doigt sur une transition, qui va prendre beaucoup de temps et dans laquelle ils vont jouer un rôle". En ajoutant : "mais pour que le monde se 'désaméricanise', il faut qu’il y ait une concurrence sur le marché des dettes gouvernementales."

Selon lui, "il faudrait que la zone euro puisse émettre des bonds qui soient communs. Mais la Chine devrait également proposer des bonds aussi liquides et profonds que les 'tresories' américains. Le jour où les Chinois seront convertibles, le jour où l’on pourra acheter de la dette gouvernementale chinoise, on aura fait un pas."

Y. D.