BFM Business

En chiffres: les relations économiques entre Cuba et la France

François Hollande est en visite officielle sur l'Île des Caraïbes depuis dimanche, accompagné de nombreux chefs d'entreprises et d'une petite dizaine de ministres et de secrétaires d'Etat.

François Hollande est en visite officielle sur l'Île des Caraïbes depuis dimanche, accompagné de nombreux chefs d'entreprises et d'une petite dizaine de ministres et de secrétaires d'Etat. - Adalberto Roque - AFP

La visite de deux jours de François Hollande à la Havane donne au président français l’occasion de faire un constat peu glorieux : les échanges économiques entre la France et Cuba sont pour l’heure assez limités.

La France veut peser sur un marché cubain en train de s'ouvrir. François Hollande est en visite officielle sur l'Île des Caraïbes depuis dimanche, accompagné de nombreux chefs d'entreprises et d'une petite dizaine de ministres et de secrétaires d'Etat. Quelques contrats doivent être signés lundi, mais "ce n'est pas tant le montant qui va compter que d'accéder à des marchés latino-américains", a insisté le président français. Sur le plan économique, l'Hexagone a une large marge de progression pour placer ses pions dans le pays. 

>10ème

C'est la position qu'occupe l'Hexagone dans le classement des principaux partenaires économiques de Cuba. La France entretient des relations soutenues avec l'île, même si sa présence est loin de pouvoir rivaliser avec celle du Venezuela ou de la Chine, pays traditionnellement proches du régime cubain.

> 200 millions d'euros

C'est à ce niveau qu'est tombé le montant des échanges commerciaux franco-cubains en 2014. En 2013, la France avait pourtant commercé avec Cuba à hauteur de 278 millions d'euros. La baisse est principalement imputable à la chute des importations cubaines de céréales et à la suspension temporaire d'une ligne de crédit garantie par la Coface, selon l'ambassade de France à La Havane. Le Rhum représente environ la moitié des exportations cubaines vers la France, qui exporte principalement vers Cuba du blé, des produits agro-chimiques et du matériel de transport.

> 60

C'est à peu près le nombre d'entreprises françaises actives sur l'île, notamment par le biais de partenariats avec des entités étatiques cubaines. Treize entreprises sont établies sous forme d'entreprises mixtes ou de contrat d'association et 20 sous la forme de succursales. Elles sont présentes dans les secteurs-clés de l'économie locale (agroalimentaire, tourisme, nautisme, construction, énergie, biens d'équipements industriels, transports, santé...). Parmi les principales entreprises de l'hexagone présentes figurent Bouygues, Pernod-Ricard –qui est d'ailleurs le principal investisseur français au sein de l'entreprise mixte Havana Club-, Air France et Total.

> 4ème

C'est le rang auquel est classé la France au palmarès des plus grands investisseurs sur l'île. Elle reste au pied du podium sur lequel se tiennent l'Espagne, le Canada et l'Italie. Par ailleurs, Paris détient environ un tiers de la dette de 15 à 16 milliards de dollars dus par l'île au Club de Paris.

N.G. avec agences