BFM Business

Déficit commercial record pour les Etats Unis

-

- - -

Le sujet risque de relancer la tension dans les négociations commerciales

Donald Trump est victime de sa propre croissance. La relance de la consommation provoquée par les baisses d’impôts a creusé les déficits extérieurs risquant de mettre une pression nouvelle sur les discussions commerciales en cours avec la Chine.

Le déficit des biens et services s'est établi à 621 milliards de dollars (+12,5%) avec un record à la fois des exportations à 2.500 milliards (+6,3%) et des importations à 3.121 milliards (7,5%), a détaillé le département du Commerce. Et, sans l'excédent des échanges de services (+270,2 milliards), le déficit commercial atteint même 891,3 milliards (+10,4%), un record absolu dans l'histoire de la première puissance mondiale .

Dans le détail, les Etats-Unis ont enregistré des importations record en provenance de 60 pays à commencer par la Chine (539,5 milliards), le Mexique (346,5 milliards) et l'Allemagne (125,9 milliards), a commenté le département du Commerce. Les exportations de soja, très prisées des Chinois mais frappées par les représailles de Pékin, ont baissé de 18% à 18,2 milliards.

A côté de ces chiffres, les nouveaux records d'exportation de pétrole (221.000 barils par jour d'exportations nettes en novembre selon l'AIE) et de gaz ne pèsent pas encore d'un poids significatif.

Pression sur l'Europe

Autant de données qui ouvrent de nouveaux chapitres de négociations. Avec le Mexique, le traité NAFTA (accord de libre-échange nord américain) a été renégocié et sans doute ce dossier-là est-il refermé (il faudra attendre quelques années pour en voir les effets, mais les experts notent que les modifications par rapport au précédent traité sont restées cosmétiques).

Avec la Chine les négociations sont en cours, on attend la fin de l’assemblée plénière du parlement chinois pour avoir la date d’un sommet entre Trump et Xi Jinping qui devrait finaliser un large accord, selon le Wall Street Journal. Les tractations commerciales sont « très difficiles » et « il reste encore beaucoup à faire » malgré des percées dans certains domaines, a toutefois déclaré mardi le ministre chinois du Commerce, faisant écho à des propos similaires tenus la semaine dernière par le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer.

Reste l’Allemagne, la pression sera vive et elle risque de briser l’entente franco-allemande. Les Etats-Unis cherchent des compensations sur l’agriculture, ce que les français refusent formellement. Donald Trump a reçu le 20 février un rapport de son ministère du Commerce sur l'industrie automobile, au contenu toujours confidentiel. « Si nous ne trouvons pas un accord (commercial avec l'UE), nous imposerons des tarifs douaniers » sur les voitures, avait menacé le président américain quelques jours plus tard.

Politiquement le chiffre est difficile à gérer pour Donald Trump : « Donald Trump découvre peut-être désormais que les tweets et les fanfaronnades ne vont pas à elles seules réduire significativement le déficit commercial », a ainsi réagi Scott Paul, le président de la Fédération pour l'industrie américaine. « Si le président veut concrétiser ses paroles par des actes, tout accord avec la Chine devra se focaliser sur les changements structurels de l'économie étatique chinoise », a-t-il ajouté. « Nous ne pouvons nous contenter d'un accord qui ne se traduirait pas par un réel changement durable ».