BFM Business

Coronavirus: pour Donald Trump, le confinement est pire que le mal

Donald Trump

Donald Trump - Drew Angerer-Getty Images North America-AFP

Alors que de plus en plus de grandes villes américaines réclament un confinement généralisé, le président américain résiste à imposer cette mesure, inquiet de leur impact sur l'économie.

La polémique autour du confinement fait rage aux Etats-Unis. Les autorités de New York, épicentre américain de l'épidémie de coronavirus ont ainsi appelé lundi Donald Trump à déclarer un confinement coercitif national tandis que celui-ci affiche sa défiance et assurait à contrepied un retour aux affaires "très bientôt".

La première métropole américaine, capitale économique du pays avec 8,6 millions d'habitants, comptait lundi matin plus de 12.000 cas, soit près du tiers des cas américains, et près de 100 décès. Au total, 560 personnes sont mortes aux Etats-Unis.

Nouvelles règles

Les rues étaient exceptionnellement calmes après l'entrée en vigueur dimanche de nouvelles règles limitant l'activité aux entreprises jugées essentielles --supermarchés, pharmacies, fournisseurs d'internet-- et obligeant les gens à rester chez eux le plus possible, même si les contrevenants ne s'exposent pour l'instant à aucune sanction.

"Il faut que ces mesures de confinement qu'ont prises New York et la Californie, soient partout" aux Etats-Unis, a insisté le maire Bill de Blasio. "Il faut qu'on prenne ces mesures extrêmes".

Près d'un tiers des Américains vit sous une forme de confinement. L'Etat de Washington, le Michigan et le Nouveau-Mexique sont les derniers en date à avoir ordonné lundi aux gens de rester chez eux, et le gouverneur de Californie a durcit les restrictions.

M. de Blasio comme le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo ont relancé leurs appels au gouvernement fédéral pour qu'il ordonne aux entreprises privées de fabriquer respirateurs et masques, qui manquent cruellement aux Etats-Unis, comme dans beaucoup d'autres pays.

"Oui, c'est une affirmation du pouvoir du gouvernement sur des entreprises privées, et alors? C'est une urgence nationale", a souligné M. Cuomo. "On ne peut plus continuer à être fourni au coup par coup".

Donald Trump hésitant

Pour l'instant, le républicain Donald Trump a résisté à imposer de telles mesures, inquiet de leur impact sur l'économie, même si environ un Américain sur trois est déjà censé vivre confiné.

"Nous ne pouvons laisser le remède être pire que le problème lui-même", a-t-il tweeté lundi, alors que le Sénat américain ne parvenait de nouveau pas à s'accorder sur un plan d'envergure de relance de l'économie.

Plus tard, il a même déclaré que les Etats-Unis allaient "très bientôt" se rouvrir au monde des affaires, "bien plus tôt que trois ou quatre mois comme quelqu'un le suggérait. Bien plus tôt".

OC avec AFP