BFM Business

Coronavirus: l'industrie s'inquiète pour sa chaîne d'approvisionnement

Pour le moment les sites sont fermés pour les congés du nouvel an chinois, mais de plus en plu d'industriels dans des secteurs clés craignent une rupture de leur chaîne d'approvisionnement, devenue très dépendante de la Chine.

Si on regarde les fils d'actualités économiques, et les réseaux sociaux en ce moment, les mots coronvirus et supply chain sont très très liés. Un exemple marquant, c'est Bosch, LE plus grand équipementier automobile mondial.

Clairement les responsables du groupe sont inquiets, il n'y a pas, selon eux, de rupture d'approvisionnement ou de conséquences sur l'activité en Chine pour le moment mais ils sont formels, si la situation se prolonge, la chaîne d'approvisionnement sera effectivement rompue, et pour une période assez longue. Bosch se fonde sur les dernière prévisions qui donnent un pic d'épidémie entre février et mars. 

Bosch a 23 usines dans le pays dont 2 à Wuhan, dans lesquelles pour le moment aucun cas d'infection n'a été signalé. Bosch fabrique dans le pays des éléments de direction, de transmission, des batteries et des composants pour l'électrification des voitures.

Le secteur automobile inquiet

Dans un contexte de marché où les composants viennent à manquer, ce qu'on attend maintenant c'est la réouverture après les congés du nouvel an, donc le 3 février. Mais si jamais des mesures de précautions sanitaires venaient à toucher ces sites, c'est toute la chaîne d'approvisionnement qui est menacée. Et on aurait sur l'automobile mondiale une sorte de double-peine avec un marché déjà archi-tendu, et cette rupture de la chaîne qui menace. 

L'automobile qui est aux aguets mais c'est le cas aussi du secteur des semi-conducteurs.

Celui des semi-conducteurs aussi

La forte baisse des marchés asiatiques hier était aussi due à la reprise des cotations à Taiwan, après le nouvel an lunaire. Et c'est là que sont cotés les principaux fabricants de composants électroniques asiatiques, ils représentent 1/4 de la capitalisation de la Bourse de Taiwan notamment les géants TSMC et Foxconn, plusieurs fournisseurs-clé notamment d'Apple. Et hier tous étaient en baisse de quasiment 10%, la limite avant suspension des cotations.

Beaucoup d'entre eux ont des usines dans certains secteurs où la période de fin d'année a été prolongée au 10 février. Alors que le secteur repart de manière très dynamique après des années très compliquées si la situation se poursuit, toute l'activité risque d'être paralysée, de quoi retarder la production de nouveaux produits pour les clients.

C'est donc un état d'extrême vigilance qui règne sur ces secteurs-clé de l'économie.

OC et Antoine Larigaudrie