BFM Business

Comment les Japonais sont poussés à faire plus de lèche-vitrine

Le but est de pousser les Japonais à se rendre davantage dans les boutiques

Le but est de pousser les Japonais à se rendre davantage dans les boutiques - Toshifumi Kitamura - AFP

Le gouvernement nippon veut mettre en place une mesure pour obliger les salariés à terminer leur travail plus tôt, et partir ainsi faire les boutiques. Une manière de relancer la consommation des ménages, actuellement en berne.

C'est un petit bouleversement qui se prépare dans la vie des travailleurs Japonais. Habitués à rester tard le soir derrière leurs ordinateurs, le gouvernement leur demande désormais de changer leurs habitudes de travail. Objectif : tenter de relancer la consommation dans le pays.

La mesure qui doit entrer en vigueur dès cet été concernera dans un premier temps les salariés de l'administration centrale.

Les autres seront priés de suivre leur exemple assez rapidement. Concrètement, le Premier ministre nippon Shinzo Abe souhaite qu'ils arrivent désormais un peu plus tôt au bureau, afin de pouvoir quitter leur poste une heure plus tôt le soir. Un décalage qui n'est pas sans poser quelques problèmes, les salariés passant parfois plus de deux heures dans des transports bondés pour se rendre sur leur lieu de travail.

Une consommation en berne

Officiellement, l'objectif est de leur permettre de passer leurs soirées avec leur famille ou des amis, mais en réalité, avec cette mesure le premier ministre espère surtout les inciter à faire du lèche-vitrine. Et par conséquent à participer activement à la stratégie de relance en soutenant la consommation, qui contribue à hauteur de 61% du PIB nippon.

Au mois de février dernier, les dépenses de consommation des ménages nippons ont encore chuté de -2,9% par rapport au même mois de l'année précédente, selon le bureau des statistiques japonaises.

Par ailleurs, avec cette décision, Shinzo Abe remet sur la table l'épineuse question de la "flexibilité du travail". Une question presque tabou dans le pays, alors que selon l'OCDE, les Japonais ont passé en 2013 1.735 heures à travailler (contre 1.489 en France).

David Dauba