BFM Business

Classement Forbes: la Nouvelle-Zélande, l'eldorado du business

Auckland est l'une des villes les plus attractives de la Nouvelle-Zélande

Auckland est l'une des villes les plus attractives de la Nouvelle-Zélande - -

Le pays aux antipodes de la France arrive premier du classement "Best countries for Business". Parmi ses atouts, une fiscalité attractive et un climat très propice aux affaires.

Le meilleur pays pour faire des affaires ? La Nouvelle-Zélande, si l’on en croit le classement Forbes "Best countries for business", publié le 14 novembre dernier. Il passe de la deuxième à la première place de ce classement 2012. Ce pays du Pacifique, proche de l'Australie, a beau être petit, il ne manque pas d'avantages pour les entrepreneurs.

Le classement Forbes prend en compte le niveau d'innovation, celui de la corruption ou encore la lourdeur bureaucratique. La Nouvelle-Zélande cumule les bons points : une résistance à la crise notable (1,9% de croissance en 2010), un indice boursier qui a grimpé de 24% sur les douze derniers mois, une dette publique qui représente 36% du PIB.

Le tourisme et le cinéma comme fer de lance

Sans oublier une fiscalité plutôt attrayante pour les entreprises. L'an dernier, le pays a baissé son taux d'impôt sur les sociétés de 30 à 28%. Hier essentiellement basée sur l'agriculture (notamment l’élevage de mouton), l'économie néo-zélandaise mise aujourd'hui énormément sur le tourisme. Ce secteur représente 10% de son PIB, et un Néo-zélandais sur dix est employé directement ou indirectement par cette industrie.

L'industrie cinématographique est un autre point fort du pays : la saga du Seigneur des anneaux, tournée sur place, a permis de former tout un écosystème, et de nombreux blockbusters hollywoodiens sont désormais produits sur place.

Ce sont ces atouts qui permettent donc à la Nouvelle-Zélande de prendre la première place du classement des pays les plus propices au business, devant le Danemark, Hong-Kong et Singapour. Loin devant la France, qui ressort vingtième de ce classement.

Anthony Morel