BFM Business

Ces millionnaires qui se partagent la moitié des richesses mondiales

La part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches est passée à 48 % en 2014, et dépassera les 50 % en 2016.

La part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches est passée à 48 % en 2014, et dépassera les 50 % en 2016. - Manan Vatsyayana - AFP

A deux jours de l'ouverture du forum économique de Davos, l'organisation Oxfam publie une étude qui met en lumière la concentration grandissante des richesses : en 2016, 1% de la population détiendra autant que les 99% restants.

Le fossé entre les grandes fortunes et le reste de la population continue de se creuser. La part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009 à 48 % en 2014, et dépassera les 50 % en 2016, selon une étude publiée ce 19 janvier par Oxfam, une fondation réunissant 17 organisations internationales.

Aussi, le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants "à moins de freiner la tendance actuelle à l’augmentation des inégalités" met en garde la présidente générale d'Oxfam, Winnie Byanyima à deux jours de l'ouverture du forum économique mondial de Davos (Suisse) qu'elle coprésidera.

"En 2014, les membres de cette élite internationale possédaient en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte. Le reste du cinquième (20%, ndlr) le plus riche de la population possède 46% du patrimoine mondial alors que 80% de la population mondiale ne se partagent que les 5,5% restant", a précisé Oxfam en appelant à "réécrire les règles" pour corriger ces inégalités "vertigineuses". 1 personne sur 9 ne mange pas à sa faim et plus d’un milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour, met en garde l'organisation.

Lutter contre l'évasion fiscale

Winnie Byanyima a réclamé "l'organisation cette année d'un sommet mondial sur la fiscalité pour réécrire les règles fiscales internationales" afin de lutter activement contre l'évasion fiscale. La directrice générale a appelé les dirigeants internationaux à s'attaquer "aux intérêts particuliers des poids lourds qui font obstacle à un monde plus juste et plus prospère".

"Au cours des douze derniers mois, les dirigeants du monde ont, à l’instar du président Obama et de Christine Lagarde, de plus en plus évoqué le besoin de réduire les inégalités extrêmes. Mais pour beaucoup, nous attendons encore qu’ils joignent le geste à la parole. Il est temps que nos dirigeants s’attaquent aux intérêts particuliers des poids lourds qui font obstacle à un monde plus juste et plus prospère", a-t-elle déclaré.

En plus d'exhorter les Etats à contrer l'évasion fiscale, Oxfam veut aussi promouvoir la gratuité des services publics, en taxant davantage le capital et moins le travail, en instaurant des salaires minimum ou encore en mettant en place une protection sociale pour les plus pauvres.

C.C.