BFM Business

Ces entreprises françaises présentes dans des pays "à risque"

L'intervention au Mali pénalise les entreprises de la région

L'intervention au Mali pénalise les entreprises de la région - -

Après les attaques au Mali, la France appelle ses ressortissants à quitter provisoirement le pays. Mais de nombreuses grandes entreprises françaises sont implantées dans la région.

Une attaque et une prise d'otages sont intervenues ce jeudi 16 janvier sur un site de BP en Algérie. Attaque revendiquée par des combattants d'Al-Qaida venus du Mali. Dès lors, la question d'un rapatriement des salariés des groupes français présents sur place à resurgi. Car ils sont nombreux dans la région.

Le gouvernement a appelé tous ses ressortissants "dont la présence n'est pas indispensable" à quitter provisoirement le Mali.

Le Mali ne figure pas parmi les partenaires économiques importants de la France. Le Quai d'Orsay a dénombré 28 filiales d'entreprises françaises sur place, notamment Vinci et Bouygues implantées dans le secteur des mines.

La Mauritanie regorge de pétrole

Le gros des intérêts économiques français se situe en fait dans les pays limitrophes du Mali. A commencer par la Mauritanie, dont les sols regorgent de pétrole. Présent dans ce pays depuis 2005, Total y multiplie les opérations d’explorations.

Le Niger, lui, est stratégique en matière nucléaire. Areva y exploite, en effet, ses mines d’uranium. Quant à l’Algérie, elle figure, malgré des tensions récurrentes, parmi les très courtisés partenaires de la France, notamment pour ses richesses gazières. Tous les grands groupes énergétiques français y ont posé leurs pions depuis plusieurs années. En l’espace de douze ans, les échanges entre les deux pays ont triplé.

Sidonie Watrigant