BFM Business

Ce que se vendent et s'achètent encore la France et la Corée du Nord

Portrait d'un ouvrier coréen dans le sud de Pyongang

Portrait d'un ouvrier coréen dans le sud de Pyongang - Ed JONES / AFP

INFOGRAPHIE - La France a échangé l'an passé 12,8 millions d’euros avec la Corée du Nord. Voici les produits que nous importons et exportons avec ce régime communiste figurant parmi les États moins ouverts au monde.

La tension s'est fortement accrue cette semaine entre la Corée du Nord et les États-Unis. Cet État communiste dirigé d'une main de fer par Kim Jung Un est sous le coup de sanctions de l'Onu depuis 2006 en raison de son programme d'armement nucléaire. Mais s'il est loin d’être un partenaire commercial majeur de la France, les échanges commerciaux avec la Corée du Nord ne sont pas totalement nuls. Ils s'élèvent à 12,8 millions d’euros, somme qui a doublé par rapport à 2014. La seule entreprise française présente sur le territoire coréen –le groupe Lafarge- a revendu cette année sa participation dans une cimenterie située près de Pyongang.

2 millions d’euros d’export

La France exporte très peu en Corée du Nord: 2 millions d’euros (hors matériel militaire) l'an passé, soit moitié moins qu'en 2015. L'Hexagone vend essentiellement des insecticides et quelques autres produits agrochimiques, (715.068 euros en 2016). Des entreprises françaises fournissent également la péninsule en équipements d'irradiation médicale, comme les scanners à rayons X (393.289 euros en 2016).

10,8 millions d’euros côté importations

Nos importations en provenance de Corée du Nord sont essentiellement composées d’engins de manutention, comme des chariots, des pelles mécaniques ou encore des chargeuses-pelleteuses (5,3 millions d’euros). Les matières plastiques, comme les polymères, arrivent en deuxième position (2,1 millions d’euros).

Au total, la France a importé 10,8 millions d’euros de marchandises à la Corée du Nord, soit un peu plus que l’an passé (8,13 millions d’euros).

Pour mémoire, dans les années 1970, la Corée du Nord avait contracté une dette à l’égard de la France, dont le montant s'élèvent à 400 millions d’euros, intérêts compris. Elle a cessé de rembourser ses annuités en 1984.

Emeline Gaube