BFM Business

Ce puissant fonds presse les entreprises sur le climat et la diversité

Le Fonds Blackrock, leader mondial de la gestion d'actifs, a la puissance pour faire avancer ses idées.

Le Fonds Blackrock, leader mondial de la gestion d'actifs, a la puissance pour faire avancer ses idées. - Andrew Burton - AFP

Blackrock, le gestionnaire d'actifs présent au capital de McDonald's, Apple ou BNP, appelle les entreprises à faire plus de place à la diversité et à prendre en compte les risques climatiques.

Qui mieux qu'un puissant actionnaire peut peser sur la stratégie des grandes entreprises? Les activistes à la Carl Icahn ou Guy Wyser-Pratte font régulièrement la démonstration de leur pouvoir. Au tour du fonds BlackRock aujourd'hui. Non pas pour forcer les entreprises dont il est actionnaire à verser davantage de dividendes ou à se scinder, mais pour les inciter à s'intéresser au climat et à la diversité.

Le géant américain de la gestion d'actifs appelle en effet les grandes entreprises à la transparence sur les risques climatiques et à faire plus de place à la "diversité" dans leur conseil d'administration, selon des documents publiés lundi. Ces directives pourraient réverbérer dans de nombreux secteurs d'activités étant donné l'influence de BlackRock, leader mondial de la gestion d'actifs et présent au capital de nombreux grands groupes américains (McDonald's, Apple...) et étrangers (BNP Paribas...).

Dans ses "priorités" pour 2017 et 2018, ce fonds appelle les entreprises à mieux informer le public et les investisseurs des risques que le changement climatique fait peser sur leurs activités. "Étant donné que le risque climatique est un problème systémique, nous pensons que devraient être développées des règles de transparence qui seraient applicables aux entreprises cotées dans tous les secteurs et, idéalement, qui seraient compatibles au niveau mondial", écrit BlackRock dans ces documents publiés sur son site internet.

Les bonnes décisions des conseils ouverts à la diversité

Le géant américain reprend à son compte les conclusions du conseil de Conseil de stabilité financière (FSB), l'organe réunissant banquiers centraux et experts de la régulation financière, qui avait appelé fin 2016 les entreprises à établir des scénarios à long terme sur l'impact économique des aléas climatiques. BlackRock indique d'ailleurs qu'elle discutera avec les entreprises "les plus exposées" aux aléas climatiques pour les "encourager" à mettre en oeuvre les recommandations formulées sous l'égide du FSB.

BlackRock ajoute attendre que les conseils d'administration de ces entreprises soient composés de personnes disposant d'une "connaissance parfaite" des risques liés au climat. Plus généralement, le géant américain appelle les grands groupes à ouvrir leurs instances dirigeantes à la "diversité". "Les conseils d'administrations diversifiés, qu'il s'agisse notamment -mais pas seulement- de diversité d'expertise, d'expérience, d'âge, de race et de sexe, prennent de meilleurs décisions", affirme BlackRock, qui assure qu'elle "demandera des comptes" aux entreprises en l'absence de progrès dans un "délai raisonnable".

N.G. avec AFP