BFM Business

Ce patron américain se serre la ceinture pour offrir des salaires de rêve à ses employés

Dan Price veut que ses employés vivent le rêve américain.

Dan Price veut que ses employés vivent le rêve américain. - Gravity Payement

Dan Price a souhaité appliquer dans son entreprise une recette simple du bonheur qu'il a découvert dans un article: à partir de 70.000 dollars par an, un salarié se sent beaucoup mieux.

Dan Price est le patron dont tous les salariés rêvent. Ce dirigeant d'une société de Seattle, Gravity Payments, emploie 120 personnes. Et il vient de décider d'augmenter le salaire de ses employés afin que plus aucun d'entre eux ne gagne moins de 70.000 dollars par an, selon le New York Times.

Quelle mouche a donc piqué cet Américain? Il n'a pas lu -ou relu- Marx mais plus prosaïquement un article sur le bonheur. On pouvait y lire qu'il existe un niveau de salaire minimum qui change vraiment la perception que peuvent avoir les salariés de leur revenu. Et ce niveau, c'est... 70.000 dollars. En claire, les personnes dont les revenus sont inférieurs à cette somme sont moins heureuses. Et Dan Price veut que ses salariés vivent le rêve américain, qu'ils puissent acheter une maison et envoyer leurs enfants à l'université.

Pour que tous ses salariés atteignent ce seuil du bonheur, il a donc tout simplement décidé de baisser son propre salaire. Il passera d'1 million de dollars à 70.000 dollars par an. Il va également piocher dans les bénéfices de sa société. Il va prendre 75 à 80% des 2,2 millions d'euros engrangés. Dan Price explique la difficulté de l'exercice, car il ne voulait pas que ses clients en pâtissent.

L'augmentation salariale se fera progressivement, au cours des trois prochaines années. Le salaire moyen dans cette entreprise est de 48.000 dollars. Ce sont 70 employés qui vont voir leur salaire revalorisé, et pour 30 d'entre eux, il va même doubler. En revanche, pour 50 d'entre eux, leur rémunération risque de stagner pendant un petit moment.

Le salaire minimum au coeur du débat

Les Etats-Unis est l'un des pays où l'écart de rémunération est le plus important. Les patrons peuvent gagner jusqu'à 300 fois ce que le salarié moyen obtient.

Et cela n'a rien d'anodin que cette histoire se déroule à Seattle. En effet, cette ville a été l'une des plus virulentes sur la bataille du salaire minimum. Au cours des prochaines années, le salaire minimum devrait atteindre 15 dollars de l'heure. Il y a quelques semaines, il est déjà passé à 11 dollars de l'heure. Le salaire minimum fédéral est de 7,25 dollars de l'heure.

A titre de comparaison, un salaire de 70.000 dollars par an, sur une semaine de 40 heures, équivaut à 33,65 dollars de l'heure. Reste une question clé : si ses salariés sont plus heureux, Dan Price peut-il être sûr qu'ils travailleront plus!

Diane Lacaze