BFM Business

Brexit : Theresa May pourrait ne pas solliciter le vote du Parlement

La Première ministre veut désormais concrétiser le Brexit en se passant, si besoin est, du vote du Parlement.

La Première ministre veut désormais concrétiser le Brexit en se passant, si besoin est, du vote du Parlement. - Niklas Halle'n - AFP

Craignant que les anti-brexit saisissent l'opportunité de remettre en cause le divorce de la Grande-Bretagne avec l'UE, la Première Ministre pourrait ne pas solliciter le vote du Parlement pour négocier le Brexit.

Selon une information de The Telegraph reprise par Reuters, la Première ministre britannique, Theresa May, pourrait ne pas solliciter le vote du Parlement pour entamer la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.

Elle s’oppose ainsi aux opposants à la sortie de l’Europe qui estiment que le référendum était un scrutin consultatif et que "le Brexit n'est pas inévitable", comme l'a indiqué Lord O'Donnell, ancien secrétaire de cabinet qui a travaillé pour Tony Blair, Gordon Brown et David Cameron. Pour lui, la sortie de l’UE doit impérativement recevoir l’aval de la Chambre des communes.

"Brexit veut dire Brexit"

Après que le résultat du vote du 23 juin qui a validé le Brexit auprès des Britanniques, la Première ministre avait déjà indiqué qu’elle ne souhaitait pas "déclencher" l’article 50 qui octroie un délai de deux ans afin de négocier la séparation.

Theresa May a prévenu qu’il n’y aurait pas d’autre vote et que pour elle, "Brexit veut dire Brexit". Pas question pour elle d'offrir l'opportunité d'un vote au Parlement qui pourrait retarder ou même annuler la mise en oeuvre du divorce.

"La Première ministre a été claire, le peuple britannique a voté et maintenant elle va s'attacher à concrétiser le Brexit", a indiqué au Telegraph une source au 10, Downing street. La dirigeante a consulté des juristes du gouvernement qui lui ont confirmé qu'elle pouvait invoquer l'article 50 sans un vote du Parlement, poursuit en outre le quotidien.

P.S. avec AFP