BFM Business

Brexit : le débat démarre à Westminster

Des manifestants anti Brexit manifestent devant la Chambre des Communes dimanche 3 décembre, avant le début du débat parlementaire.

Des manifestants anti Brexit manifestent devant la Chambre des Communes dimanche 3 décembre, avant le début du débat parlementaire. - DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Débat houleux en vue à la Chambre des Communes : aujourd'hui s'ouvre le débat parlementaire autour du plan négocié par Theresa May sur le Brexit. Le vote aura lieu le mardi 11 décembre, mais le feu vert des députés britanniques (320 voix sur 639) est loin d'être acquis.

A priori, l'équation est impossible pour Theresa May, tant la Première ministre a réussi à rassembler une coalition pour le moins inédite contre son plan. Elle doit faire face tout d’abord à une opposition venue de son propre camp : une petite centaine d'élus conservateurs, europhobes, rêvent d'un divorce radical avec l'Union européenne, d’un « Hard Brexit » qui transformerait le Royaume-Uni en pays ultra libéral et déréglementé.

Les alliés nord-irlandais voteront contre l'accord

Theresa May ne peut pas compter non plus sur ses alliés nord-irlandais au Parlement, les unionistes du DUP, furieux du statut spécial accordé à la province britannique dans l’accord de retrait. En singularisant l’Irlande du Nord du reste du Royaume-Uni, ce deal représente donc un pas vers la réunification de l’Irlande, inacceptable selon eux.

Les europhiles du parti Libéral-Démocrate et les nationalistes écossais, furieux de devoir quitter l’Union européenne contre leur gré (l’Ecosse a voté à 62 % pour rester dans l’UE) sont également opposés à cet accord.

Certains travaillistes pourraient se rallier à Theresa May

Du côté des députés travaillistes, on est officiellement contre ce plan. Mais certains pourraient se rallier à Theresa May et voter en faveur de son plan : tout d’abord pour éviter un divorce sans accord, le fameux « no deal » tant redouté par les milieux économiques. Ensuite, certains députés du Labour souhaitent respecter la volonté des électeurs travaillistes qui ont voté en faveur du Brexit dans certaines circonscriptions.

L'opposition travailliste semble donc paradoxalement, la seule planche de salut de la conservatrice Theresa May pour espérer faire passer cet accord si controversé.