BFM Business

Bernanke craint que la politique de rigueur ralentisse la croissance

Ben Bernanke craint pour la croissance

Ben Bernanke craint pour la croissance - -

Lors d’une conférence, mercredi 20 mars, Ben Bernanke, président de la Fed, a déclaré que la politique de restriction budgétaire risque de ralentir la croissance économique et les créations d'emplois. La Fed a, par ailleurs, décidé de maintenir sa politique de soutien exceptionnel à la reprise économique.

La Fed s’inquiète. Le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) craint que "la politique de restriction budgétaire, à laquelle les Etats-Unis s'astreignent depuis janvier, et plus encore depuis le début du mois, puisse ralentir la croissance économique et les créations d'emplois dans les mois à venir", a déclaré Ben Bernanke lors d'une conférence de presse à Washington, mercredi 20 mars.

La Fed estime que les hausses d'impôts entrées en vigueur en janvier et la baisse des dépenses publiques entamée en mars et devant s'étaler sur plusieurs années, coûteront 1,5 point de croissance au pays en 2013, a-t-il dit.

Il a exhorté une nouvelle fois les élus à prendre des mesures pour permettre un rééquilibrage des finances publiques sur le long terme sans menacer la reprise à court terme.

Amélioration en vue

Le FOMC a décidé ce mercredi de maintenir sa politique de soutien exceptionnel à la reprise économique aux Etats-Unis. "Nous voyons des améliorations" à l'échelle de l'économie du pays, a déclaré Ben Bernanke, citant notamment les derniers chiffres officiels de l'emploi et le niveau des nouvelles inscriptions au chômage, au plus bas depuis quatre ans.

"Ce dont nous voulons nous assurer, c'est que cette amélioration n'est pas temporaire", a-t-il ajouté, rappelant les périodes d'embellie économique suivies de ralentissements par lesquelles est passé le pays depuis le début de la reprise à l'été 2009.

La Fed a décidé de poursuivre ses rachats d'obligations du Trésor américain et de titres hypothécaires au rythme actuel de 85 milliards de dollars par mois.

Le FOMC a également répété son engagement à maintenir le taux directeur de la Réserve fédérale dans la fourchette de 0 à 0,25% qui lui est assignée depuis décembre 2008, "au moins tant que le taux de chômage restera au-dessus de 6,5%", si cela ne remet pas en cause son objectif d'inflation à moyen terme (2% sur un an).

BFM Business.com et AFP