BFM Business

BCE : statu-quo sur les taux et prêts géants pour les banques

-

- - Pixabay

Alors que les prévisions de croissance pour la zone euro ont encore été revues à la baisse, la banque centrale maintient ses taux au plus bas et annonce des mesures pour relancer l’activité.

Dans un contexte de croissance atone, la BCE n’a pas d’autres choix que d’agir. Rappelons que selon l’OCDE, la croissance de la zone euro est attendue cette année à 1% cette année contre 1,8% en 2018.

Les taux directeurs, principal levier de la banque centrale, ne bougent pas et restent donc au plus bas historique afin de rendre l’argent le moins cher possible, a-t-on appris à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire.

Le président de l’institution Mario Draghi a néanmoins précisé qu’il repoussait la perspective d’une remontée de ces taux pas avant « au moins la fin 2019 » alors qu’auparavant, il évoquait l’été prochain.

Conditions de crédit favorables

D'ici là, le principal taux de refinancement va être maintenu à zéro tandis que les banques vont continuer à bénéficier auprès de la BCE d'un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate.

Dans le même temps, afin de relancer l’activité, dans l’Union la BCE annonce la mise en place de nouveaux prêts géants aux banques. Cette vague de prêts vise à fournir des liquidités aux banques dans le besoin.

L'objectif est de leur permettre de garder des « conditions de crédit favorables » et de stimuler l'économie. Les prêts prendront place entre septembre 2019 et mars 2021.

Pour les marchés, la messe était dite depuis longtemps, ils attendent un premier tour de vis monétaire qu'en 2020, mais la BCE livre un signal fort de sa volonté de stimuler la conjoncture aussi longtemps qu'il le faudra.

"Ces mesures ne sont pas, en tant que telles, une énorme surprise, mais le moment choisi l'est", résume Carsten Brzeski, économiste de la banque ING, pour qui la BCE cherche à éviter "tout durcissement brutal" de son discours.

la rédaction