BFM Business

Barrières douanières: l'Europe prête à punir les électeurs de Trump

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. - Fabrice Coffrini / AFP

En réponse à la menace du président américain de taxer l'acier et l'aluminium européen, la Commission prépare une liste de produits américains qu'elle pourrait elle-aussi taxer.

La Commission européenne élabore une liste ciblée de produits américains qu'elle pourrait lourdement taxer afin d'envoyer "un message politique" à Donald Trump si le président américain confirme son projet de taxer l'acier et l'aluminium, a-t-on appris vendredi auprès d'une source européenne.

"Il y aurait des produits en acier et en aluminium, mais aussi des produits industriels, agricoles et alimentaires", a expliqué cette source, affirmant que l'Europe était "prête à agir dès qu'il y a une confirmation précise" de la part de Washington et éventuellement dès la semaine prochaine.

"L'Union européenne prépare des contre-mesures concernant les droits d'importation de produits américains, notamment Harley-Davidson, Bourbon et les jeans Levi's", selon des propos rapportés par la porte-parole du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, vendredi devant des journalistes allemands.

Frapper les États dont les électeurs sont favorables à Trump?

Des médias ont évoqué la possibilité pour l'UE de mettre en oeuvre des mesures de rétorsion très spécifiques sur des produits fabriqués dans les États dont les électeurs sont les plus favorables à Donald Trump, comme le whisky du Kentucky, les oranges de Floride ou encore les motos Harley-Davidson.

Ces produits peuvent "en faire partie, mais la liste n'est pas définitivement arrêtée", a répondu la source européenne, qui travaille à la Commission. "Il faut trouver un bon équilibre entre le message politique envoyé à Trump et les produits dont on a besoin", a-t-elle ajouté, précisant que ces contre-mesures seraient mises en place "en conformité avec les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)".

Crainte d'une guerre commerciale

Donald Trump a annoncé jeudi qu'il allait frapper de fortes taxes les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, au risque de provoquer une guerre commerciale avec ses principaux partenaires commerciaux dont la Chine et l'UE.

"Je les promulguerai la semaine prochaine", a-t-il affirmé. Le président américain a évoqué des droits de douane de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium sans toutefois spécifier quels pays ils viseront.

"Nous ne resterons pas les bras croisés"

Moins de deux heures plus tard, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, promettait des "contre-mesures" pour "rééquilibrer la situation".

"Nous ne resterons pas les bras croisés pendant que notre industrie est frappée par des mesures injustes", a-t-il expliqué, précisant que ces propositions, destinées à protéger l'UE, deuxième producteur mondial d'acier après la Chine, seraient présentées "dans les prochains jours".

Un précédent en 2002

En 2002, les Européens avaient déjà menacé de taxer certains produits américains de manière ciblée quand l'administration Bush avait déclenché une "guerre de l'acier".

La liste ne s'arrêtait pas aux produits sidérurgiques, mais comportait aussi des produits comme le jus d'orange, les pommes, les lunettes de soleil, des bateaux à moteurs ou les photocopieuses, pour un montant correspondant globalement au préjudice subi par les exportateurs d'acier européens.

Les États-Unis avaient finalement renoncé à leurs mesures avant que l'UE n'ait mis sa menace à exécution. 

J.-C.C. avec AFP