BFM Business

Bank of America promet 1 milliard de dollars pour lutter contre les discriminations raciales

Une troisième nuit d'émeute a eu lieu à Minneapolis.

Une troisième nuit d'émeute a eu lieu à Minneapolis. - KEREM YUCEL / AFP

La grande banque américaine souhaite participer au mouvement pour résorber les inégalités raciales, au moment où les Etats-Unis connaissent une crise historique après le meurtre de George Floyd à Minneapolis.

Alors que les Etats-Unis traversent une vague historique de contestations, d'émeutes et de violences après le meurtre de George Floyd, habitant noir de Minneapolis tué par un policier blanc lors d'une violente interpellation, le secteur privé commence à se mobiliser en allant au-delà des simples condamnations formelles.

Le géant Bank of America, l'une des plus grandes banques américaines, annonce son intention d'engager 1 milliard de dollars, sur les quatre prochaines années, en faveur de la lutte contre les inégalités économiques et raciales exacerbées par la pandémie de coronavirus. Il s'agit du premier établissement financier à promettre un tel soutien depuis le début des émeutes où la question des inégalités économiques est au coeur de la colère.

Les programmes seront axés sur l'aide aux personnes et aux communautés de couleur qui ont connu un plus grand impact de la crise sanitaire, peut-on lire dans un communiqué.

Recruter et fidéliser des employés issus de minorités

"Les disparités économiques et sociales sous-jacentes qui existent se sont accélérées et intensifiées pendant la pandémie mondiale", a déclaré le PDG Brian Moynihan. "Les événements de la semaine dernière ont créé un véritable sentiment d'urgence qui a surgi dans notre pays, en particulier en raison des injustices raciales que nous avons constatées dans les communautés où nous travaillons et vivons. Nous devons tous en faire plus".

Le groupe compte intensifier ses programmes locaux en matière de santé, d'emploi, de soutien aux PME ou encore de logement. Par exemple Bank of America poursuivra le "recrutement et la fidélisation de coéquipiers dans les communautés à revenu faible ou modeste et défavorisées". 

Les formations feront aussi partie de ce programme "avec un accent particulier sur les communautés de couleur". L'établissement rappelle avoir déjà pris des mesures dans ce sens, notamment 100 millions de dollars supplémentaires pour soutenir des sociétés ou associations à but non lucratif, et 250 millions de dollars pour aider à prêter aux plus petites entreprises appartenant à des personnes issues des minorités.

Olivier Chicheportiche