BFM Business

Baisse des revenus pétroliers: les Émirats taxent les cigarettes

Vue de Dubaï, un des sept Émirats qui composent les Émirats arabes unis.

Vue de Dubaï, un des sept Émirats qui composent les Émirats arabes unis. - Karim Sahib - AFP

Les finances publiques des Émirats arabes unis sont impactées par la baisse des revenus pétroliers. L'État a donc décidé de taxer les cigarettes et boissons énergisantes.

Les cigarettes et les boissons énergisantes vont doubler de prix à partir du 1er octobre aux Émirats arabes unis après l'introduction de taxes pour alimenter les finances publiques affectées par des revenus pétroliers en berne. Le prix des boissons gazeuses va aussi augmenter de 50%, a annoncé mercredi à la presse Khaled al-Bustani, chef de la nouvelle Autorité fédérale des impôts aux Émirats. Le paquet de cigarettes coûte actuellement entre l'équivalent de 2 à 2,7 dollars et la canette de boisson énergisante environ 1,35 dollar.

Cette décision s'inscrit dans le cadre d'accords conclus par les six pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) en vue d'augmenter les prix de ces produits et d'introduire la TVA, a-t-il expliqué. Les pays du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats, Koweït, Oman, Qatar) ont été durement touchés par la chute depuis 2014 des revenus pétroliers qui constituent l'essentiel de leurs revenus.

Taxes sur les expatriés 

L'Arabie saoudite, qui devrait enregistrer un déficit budgétaire important en 2017 pour la quatrième année consécutive, a déjà commencé à imposer des taxes sur certains produits et sur les expatriés. Le royaume, ainsi que les Émirats et le Qatar, ont annoncé qu'ils commenceraient à percevoir une TVA de 5% à partir du début de l'année prochaine sur la plupart des produits et services, alors que les autres pays membres du CCG n'ont pas avancé de date.

Les États du CCG, qui pompent ensemble environ 17 millions de barils par jour de pétrole, ont vu leurs revenus chuter depuis l'effondrement des prix du baril en 2014.

D. L. avec AFP