BFM Business

Attaques inédites de Trump contre Macron

Donald Trump accueilli le 10 novembre 2018 à Paris par Emmanuel Macron, pour la commémoration du centenaire de l'armistice.

Donald Trump accueilli le 10 novembre 2018 à Paris par Emmanuel Macron, pour la commémoration du centenaire de l'armistice. - SAUL LOEB / AFP

Deux jours après son retour de Paris, Donald Trump a lancé une série de messages agressifs contre la France et Emmanuel Macron.

On pensait la querelle sur l’armée européenne enterrée, il n’en est rien. Deux jours après son retour de France, où il a passé le weekend pour commémorer, avec de nombreux chefs d'Etat, le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, Donald Trump a lancé une série de tweets plus acerbes que jamais à l’encontre de la France et de son président.

«Très faible cote de popularité »

« Le problème est qu'Emmanuel Macron souffre d'une très faible cote de popularité en France, 26%, et un taux de chômage à près de 10% » écrit le locataire de la Maison Blanche. Donald Trump a réagi à la dénonciation du nationalisme par le président français. « Le patriotisme est l'exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est sa trahison », avait affirmé dimanche Emmanuel Macron lors d'une cérémonie solennelle. « Il n'y a aucun pays plus nationaliste que la France, des personnes très fières; à juste titre », a-t-il poursuivi avant d'écrire, dans un autre tweet et en lettres capitales, "MAKE FRANCE GREAT AGAIN", en écho à son slogan de campagne, « Rendre à l'Amérique sa grandeur ».

Le président américain a également ironisé sur l'occupation allemande pendant la Seconde guerre mondiale : « Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne pour les Première et Seconde Guerres mondiales », écrit Donald Trump. « Comment ça a marché pour la France ? » poursuit-il. « Ils commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent à la rescousse ».

Décidément, la proposition d’Emmanuel Macron de créer une « véritable armée européenne » ne passe pas. Vendredi, à peine arrivé à Paris pour les commémorations, Donald Trump avait déjà dénoncé, avec virulence sur Twitter, cette idée du président français, la jugeant « insultante ». Le président français avait aussi évoqué la nécessité de se « protéger de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'Amérique » dans le domaine du cyberespace.

Dans sa série de messages, le président américain est aussi revenu sur sa décision, controversée, de ne pas se rendre samedi au cimetière américain de Bois Belleau, dans le nord de la France en raison du mauvais temps. « L'hélicoptère ne pouvait pas voler pour le premier cimetière en France à cause d'une visibilité proche de zéro, j'ai suggéré la voiture. Le Secret Service (le service de protection de la Maison Blanche) a répondu NON », s’est-il justifié.

Trump s'en prend au vin français

Le dirigeant américain a également critiqué les pratiques commerciales de la France. « Le problème est que la France rend très difficile la vente de vins américains en France et applique des droits de douane élevés alors que les Etats-Unis rendent ça facile pour les vins français et appliquent de très faibles taxes », a-t-il accusé, appelant au changement.

« Les tweets de Donald Trump sont faits pour les Américains (...) donc nous n'avons pas à commenter des propos qui sont tenus pour ses concitoyens » a minimisé l'Elysée. « Au-delà des tweets, ce qui importe pour nous, c’est que le président de la République française et le président des Etats-Unis se parlent plusieurs fois par semaine de tous les sujets. »

Jusqu'ici relativement épargné, Emmanuel Macron découvre ce qu'Angela Merkel, Theresa May ou Justin Trudeau ont déja vécu. Tous ont essuyé les foudres du 45e président des Etats-Unis, souvent soupçonné de davantage malmener ses alliés que les hommes forts de pays adversaires.

La rédaction avec AFP, Reuters