BFM Business

Annexion de la Crimée par la Russie: l'UE prolonge d'un an ses sanctions

L'Europe reproche à la Russie de Vladimir Poutine d'avoir annexer la Crimée.

L'Europe reproche à la Russie de Vladimir Poutine d'avoir annexer la Crimée. - Maxim Shipenkov - AFP

Les investissements et les importations de Crimée vers l'UE resteront interdites jusqu'au 23 juin 2017. Vladimir Poutine, lui, se dit prêt à faire un geste.

L'Union européenne maintient la pression sur Poutine. Ce vendredi 17 juin, elle a prolongé d'un an ses sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, qui interdisent notamment les investissements et importations vers l'Union de produits de la péninsule.

La décision de cette prolongation jusqu'au 23 juin 2017, qui était attendue, a été prise lors d'un Conseil de l'UE, réunissant des représentants des Etats membres. "Les mesures s'appliquent aux ressortissants de l'UE et aux entreprises établies dans l'UE. Elles sont limitées au territoire de la Crimée et de Sébastopol", a indiqué le Conseil. Aucun Européen ni aucune société établie dans l'UE ne peut ainsi y acquérir des biens immobiliers ou y financer des sociétés.

Poutine prêt à faire "un pas"

Les services liés aux activités touristiques en Crimée ou à Sébastopol comme les navires de croisière européens "ne peuvent pas faire escale dans les ports de la péninsule de Crimée, sauf en cas d'urgence". Est également concernée "l'exportation de certains biens et technologies destinés à des sociétés de Crimée ou à être utilisés en Crimée".

L'UE a récemment rappelé qu'elle ne reconnaissait pas "l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Fédération de Russie".
Vladimir Poutine, de son côté, a immédiatement réagi. Se disant "pas rancunier", le président russe s'est dit prêt à faire un pas vers les Européens. "Mais cela ne peut être, bien entendu, à sens unique", a-t-il ajouté.

Y.D. avec AFP