BFM Business

A quand la prochaine crise financière mondiale?

Lehman Brothers a été mise en faillite le 15 septembre 2008

Lehman Brothers a été mise en faillite le 15 septembre 2008 - -

Il y a cinq ans tout juste, le 15 septembre 2008, la banque Lehman Brothers faisait faillite, ouvrant la plus grave crise financière de l'après-guerre. Selon Jean-Claude Trichet, l'ancien président de la BCE, la situation reste "dangereuse".

Le 15 septembre 2008 est désormais une date essentielle dans l'histoire économique. La banque d'affaires américaine Lehman Brothers était placée sous le régime des faillites en raison de ses investissements inconsidérés dans les "subprimes", ces crédits toxiques ditribués à tout va aux Etats-Unis.

S'en est suivie la crise financière mondiale la plus profonde depuis la fin de la seconde guerre. Cinq ans après, les grandes économies semblent s'être remises de ce choc, grace en particulier à l'intervention des grands Etats et de leurs banques centrales.

Attention!, lance toutefois Jean-Claude Trichet, qui a été justement de 2003 à 2011 le président de la Banque centrale européenne (BCE) et a donc vécu comme acteur cette crise financière.

"La preuve que nous sommes dans une situation financière et économique dangereuse nous est apportée par l'ampleur inimaginable avant la crise, des mesures prises par les banques centrales des grands pays avancés. Je crois ces mesures justifiées mais il faut rester vigilant", affirme-t-il dans une interview au Monde daté de ce 15 septembre.

Préparer la prochaine crise

"Le système financier était incroyablement fragile en 2007 et 2008. Il serait impensable que nous puissions nous retrouver dans une telle situation", concède-t-il. Mais pour immédiatement ajouter : "il reste énormement à faire, notamment pour traiter les risques que comportent les "non-banques" et les infrastructures de marchés".

Jean-Claude Trichet conclut en lançant un avertissement. " Il est indispensable que les autorités publiques et les responsables privés utilisent le répit donné par les banques centrales pour mettre leurs affaires en ordre, budget, réformes structurelles, règles prudentielles, contrôle des risques. Sinon, la période présente n'aura servi qu'à préparer la prochaine crise".

P.C