BFM Business

5 choses que vous ignorez (peut-être) sur les milliardaires

dans 34 % des cas seulement, la fortune est le fruit d'un héritage

dans 34 % des cas seulement, la fortune est le fruit d'un héritage - JOE RAEDLE/GETTY IMAGES AFP

La dernière étude réalisée par UBS et PwC sur les 1.300 citoyens les plus riches de la planète réserve quelques surprises. Exemple: la Chine voit naître un nouveau milliardaire par semaine.

Qu'est ce qui différencie les milliardaires du commun des mortel, en dehors de leur compte à plusieurs zéros? L’étude dévoilée ce mardi par la banque suisse UBS et le cabinet conseil PwC permet de percer le mystère des ultra-riches, ce club très fermé de 1.300 personnes qui a accumulé, entre 1994 et 2014, le montant colossal de 5.400 milliards. Voici leur profil type et leur parcours.

Ce sont le plus souvent des self made-men 

Les deux dernières décennies ont été une fabuleuse période d'opportunités pour les entrepreneurs qui ont amassé à eux-seuls une fortune de plus de 3.600 milliards de dollars à l'échelle mondiale. La plupart (47%) d'entre eux sont basés aux Etats-Unis, mais la part de l'Asie s'accroît rapidement (36%). Parmi ces 917 personnalités, 23% ont lancé leur boîte avant 30 ans, les deux tiers se sont lancés avant d'avoir atteint leur 40ème anniversaire. 

Une partie d'entre eux a connu la pauvreté

Fait surprenant de cette étude, 25% des milliardaires asiatiques ont grandi dans la pauvreté alors qu'ils ne sont que 8% aux Etats-Unis et 6% en Europe. Pour autant, ils réussissent plus vite, 10 ans plus tôt que sur les autres continents. La Chine, à elle seule, voit naître un nouveau milliardaire par semaine rappelle UBS.

Ils ont un vrai don pour le business

Avoir un bon cursus ne suffit pas (86% ont un diplôme de l'enseignement supérieur), il faut aussi des prédispositions particulières pour entrer dans ce club très fermé des très grandes fortunes de la planète.

"Les milliardaires sont des êtres humains comme vous et moi, mais ont quelque chose de différent pour le business", explique Josef Stadler responsable de la division "ultra-riche" d'UBS. Leur force est d'avoir un goût prononcé pour la prise de risque "intelligente", une fixation obsessionnelle sur les affaires et une grande détermination. Des qualités professionnelles qui leur ont permis de réussir dans la finance. 30% des milliardaires américains y ont fait fortune. Et leur patrimoine moyen est impressionnant: 4,5 milliards de dollars. Les entrepreneurs européens et asiatiques, en revanchent ont davantage réussi dans le secteur des biens à la consommation.

Seul 1 milliardaire sur 10 se résout à vendre son entreprise 

Parmi les milliardaires interrogés dans le cadre de l'étude, 60% décident de conserver leur entreprise, 30% optent pour une introduction en bourse ou une cession. Seuls 10% décident de tout liquider, soit pour créer une nouvelle société, soit pour se transformer en investisseur. 

La philanthropie, une valeur sûre... aux Etats-Unis

La génération actuelle des milliardaires vieillit. Les 2/3 ont plus de 60 ans et doivent se pencher sur leur succession. Pour bon nombre d'entre eux pas question de laisser le patrimoine d'une vie se diluer sur les générations avec les décès, les divorces et les impôts. Voilà pourquoi, la philanthropie reste une tendance forte notamment aux Etats-Unis où les ultra-riches veulent s'engager dans des actions dont les résultats sont tangibles et mesurables. Une centaine de milliardaires ont adhéré à l'initiative "Giving Pledge" de Bill Gates, en acceptant de faire don de plus de 50% de leur fortune. En Europe, où les prélèvements obligatoires sont plus élevés, les dons ne concernent que 3% des fortunes. 

Ch.L