BFM Business

Grippe aviaire: la Chine suspend les importations de volaille française

La Chine suspend les importations de volaille française pour prévenir la diffusion de l'épidémie de grippe aviaire.

La Chine suspend les importations de volaille française pour prévenir la diffusion de l'épidémie de grippe aviaire. - Remy Gabalda - AFP

La Chine a officialisé mercredi la suspension des importations de volaille française à cause de la grippe aviaire. Des abattages préventifs ont déjà porté sur des centaines de milliers d'animaux.

La Chine a annoncé mercredi la suspension de ses importations de volaille française en raison de l'épizootie de grippe aviaire qui sévit dans l'Hexagone. Dans un communiqué commun, les Douanes et le ministère de l'Agriculture précisent que cette mesure vise à "défendre la sécurité des élevages du pays et prévenir une diffusion de l'épidémie".

Le communiqué mentionne la volaille et les produits à base de volaille, comme le foie gras. Cette annonce officialise la suspension des importations chinoises intervenue depuis l'apparition du virus en novembre sur le sol français. Des abattages préventifs ont déjà porté sur des centaines de milliers d'animaux d'élevage.

La Chine n'est pas un gros importateur de volaille française. Elle achète pour l'essentiel du poulet et du foie gras, dans des proportions très inférieures à ses achats de viande de porc.

La notion de "zonage"

L'annonce de Pékin survient au lendemain d'un entretien téléphonique entre le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire et le vice-Premier ministre chinois Hu Chunhua.

Selon Bercy, les deux ministres "sont convenus d'accélérer la coopération dans le domaine agricole, notamment sur la question clé du zonage, sur laquelle un accord devrait pouvoir être trouvé dans les prochaines semaines".

Paris souhaite faire reconnaître par Pékin cette notion de zonage, consistant à limiter une interdiction d'exportation à une zone touchée par une épidémie et non à l'ensemble du pays.

Les négociations avec la Chine portaient à l'origine sur le porc et le risque de transmission de la peste porcine africaine, mais Paris souhaite inclure la volaille dans les négociations.

Lors de sa dernière visite en Chine fin 2019, le président Emmanuel Macron avait obtenu une ouverture accrue du marché chinois pour le secteur, notamment pour le foie gras.

P.D. avec AFP