BFM Business

Grèves: le soutien des Français s'effrite, leur hostilité au mouvement social augmente

Selon un sondage Ifop,  34% des Français se disent désormais opposés (19%) ou hostiles (15%) au mouvement de grève, soit 4 points de plus par rapport à la semaine dernière.

Selon un sondage Ifop, 34% des Français se disent désormais opposés (19%) ou hostiles (15%) au mouvement de grève, soit 4 points de plus par rapport à la semaine dernière. - Thomas Samson-AFP

Si 31% des Français soutiennent le mouvement de protestation et 20% ont de la sympathie pour lui, ce total de 51% d'avis positifs représente 3 points de moins par rapport à une précédente enquête de l'Ifop pour le JDD, une semaine plus tôt. L'hostilité au mouvement social progresse de 4 points à 34% d'une semaine à l'autre.

Le soutien des Français à la grève contre la réforme des retraites s'effrite légèrement, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche. Le total de 51% des Français sondés qui soutiennent le mouvement social (31%) et qui ont de la sympathie pour lui (20%) recule légèrement de 3 points par rapport à une précédente enquête menée par le même institut une semaine plus tôt. Ce soutien était de 56% début décembre, selon le même sondage réalisé à la veille du mouvement de grève.

À l'inverse, ils sont 34% à se dire désormais opposés (19%) ou hostiles (15%) au mouvement de grève, soit 4 points de plus par rapport à la semaine dernière. Ils sont 15% à se dire indifférents.

Le soutien et la sympathie au mouvement sont surtout marqués auprès des Français se sentant proches de la France inoumise (90%), du Parti socialiste (66%) et du Rassemblement national (58%). 78% des Français se sentant proches du parti présidentiel LREM et 62% des Français se sentant proches des Républicains y sont opposés ou hostiles.

Par ailleurs, 69% des Français (-1) pensent que le gouvernement ira "jusqu'au bout de cette réforme, sans céder aux mobilisations et aux grèves", contre 31% (-1) à croire le contraire.

L'enquête Ifop a été réalisée du 19 au 20 décembre auprès de 1.007 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone.

Frédéric Bergé avec AFP