BFM Eco

France: -44% de pesticides vendus en 2019, après une forte hausse en 2018

Les ventes de pesticides ont chuté en 2019.

Les ventes de pesticides ont chuté en 2019. - Jean-François Monier

Les ventes de pesticides ont reculé en France de 44% en volume en 2019, après l'envolée des ventes intervenue en 2018 (+18%), a indiqué mardi le gouvernement. Celles de glyphosate ont chuté de 35%.

Alors que l’utilisation des produits phytosanitaires avait progressé de 21% en 2018, les quantités totales de substances actives de produits phytosanitaires vendus en 2019 en usages agricoles ont baissé. Elles ont diminué de 44% entre 2018 et 2019 (-28.078 tonnes), après avoir augmenté de 18% entre 2017 et 2018 (+11 870 tonnes), selon des chiffres communiqués par le ministère de l'Agriculture et le ministère de la Transition écologique.

Les quantités vendues de glyphosate ont diminué de 35%

"Les quantités vendues de glyphosate, désherbant controversé, diminuent de 35% (-3358 tonnes) entre 2018 et 2019 après avoir augmenté de 11% (+999 tonnes) entre 2017 et 2018. Le gouvernement français avait promis fin 2017 que cette molécule serait interdite "dans ses principaux usages" dans un délai de trois ans, sans attendre les cinq ans décidés au niveau européen.

Les quantités totales de produits les plus préoccupants vendus (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques - CMR) diminuent de plus de 50% en 2019 par rapport à 2018" ajoutent les deux ministères.

Hausse de produits de biocontrôle utilisés contre les parasites des cultures

Enfin, la part relative des produits de biocontrôle utilisés contre les parasites des cultures, continue à augmenter, en substition aux produits phytosanitaires. Il s'agit aussi bien de macro-organismes (acariens, insectes) que de produits phytopharmaceutiques (micro-organismes, médiateurs chimiques tels que les phéromones).

"Les évolutions à la baisse dans l'achat de produits phytosanitaires compensent l’augmentation des ventes en 2018, intervenue juste avant la hausse de la redevance pour pollution diffuse intervenue au 1er janvier 2019" explique le gouvernement

Ces données provisoires sont issues des déclarations des distributeurs de produits phytopharmaceutiques, réalisées au titre de la redevance pour pollutions diffuses. Elles seront consolidées d’ici la fin de l’année.

La Cour des comptes avait épinglé la politique de réduction des pesticides

La Cour des comptes avait épinglé le 4 février dernier la politique de réduction des pesticides agricoles menée par l'Etat, laquelle avait donné jusque là des résultats "très en deçà des objectifs" en 2018, malgré un budget considérable, de quelque 400 millions d'euros (dont 71 millions prélevés sur la redevance pour pollutions diffuses).
Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, qui avait fixé un objectif de réduction de 50% de l'usage des pesticides de synthèse en 10 ans, les deux plans successifs mis en oeuvre, Ecophyto 1 et 2, ont abouti à des échecs. En avril, le gouvernement a donc tenté pour la troisième fois de désintoxiquer l'agriculture des excès de la chimie en lançant un plan Ecophyto 2+.

F.B avec AFP