BFM Business

FedEx prévoit de supprimer jusqu'à 6300 emplois en Europe

Un avion cargo de Fedex à Newark le 16 décembre 2014

Un avion cargo de Fedex à Newark le 16 décembre 2014 - Andrew Burton © 2019 AFP

Le groupe américain justifie cette coupe par les conséquences de l'intégration du néerlandais TNT en 2016.

Le groupe américain de logistique FedEx a annoncé mardi son intention de supprimer entre 5500 et 6300 emplois en Europe pour éviter les doublons suite au rachat en 2016 du groupe néerlandais TNT.

"Depuis l'acquisition, nous sommes parvenus à combiner avec succès les systèmes informatiques et certaines activités clés de nos réseaux de transports aérien, routier et terrestre tandis que des investissements ont été faits dans les technologies et l'infrastructure", a justifié le groupe dans un communiqué.

FedEx affirme avoir commencé mardi à négocier avec les instances représentatives du personnel sur ces coupes.

"Changements essentiels"

Il souhaite discuter des mesures de soutien aux salariés affectés, qui différeront selon les pays et pourront inclure des départs volontaires, des réaffectations ou des candidatures prioritaires sur de nouveaux postes. Ce processus devrait prendre 18 mois.

"Des changements (comme ceux présentés mardi) ne sont jamais faciles car ils ont un impact sur nos employés. Cependant, ils sont essentiels pour tirer parti des avantages de l'intégration et renforcer notre compétitivité dans un marché en évolution rapide", a commenté la responsable de FedEx Express Europe, Karen Reddington, dans le communiqué.

Le groupe prévoit notamment de fusionner les réseaux aériens de FedEx Express et TNT et de faire de l'aéroport Charles de Gaulle à Paris son principal centre d'activité et de l'aéroport de Liège en Belgique un centre secondaire.

OC avec AFP