BFM Business

Retraite : peut-on vivre vieux et en bonne santé ?

-

- - -

Vivre longtemps est une chose. Mais vieillir en bonne santé est plus compliqué...

A 65 ans, les français peuvent espérer profiter d’une longue durée de vie. En 2017, elle était de 23,2 années pour les femmes et de 19,4 années pour les hommes. Si vivre longtemps est une perspective réjouissante, celle de bien vieillir et donc de vivre vieux en bonne santé est un enjeu de premier plan.

La notion de « bonne santé » est objectivement difficile à mesurer. En général, le concept de durée de vie sans incapacité est retenu. Il s’agit de « mesurer » le nombre d’années qu’un individu va vivre avant d’être affecté par une incapacité dans les gestes de la vie quotidienne. Les enquêteurs posent alors la question suivante aux séniors « Êtes-vous limité(e), depuis au moins six mois, à cause d’un problème de santé, dans les activités que les gens font habituellement ? ».

Le bilan des réponses montre que l’espérance de vie à 65 ans sans incapacité serait nettement plus courte (10,3 années) que l’espérance de vie restante (21,3 années). Cela signifie-t-il pour autant que la durée de vie en « mauvaise » santé durerait 11 années ?

En pratique, cet indicateur global est le reflet de situations de vie avec incapacité très disparates. La mesure d’un état avéré, et pas seulement ressenti, de dépendance nécessite donc une véritable expertise médico-sociale. En France, cette expertise est réalisée de façon systématique lorsqu’une personne âgée souffrant d’un état de santé dégradé sollicite un soutien financier public via l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA). Cette expertise a un double objectif :

  1. Vérifier l’éligibilité à l’APA : la perte d’autonomie (physique et/ou cognitive) doit être significative et une cotation (GIR) de son niveau de gravité est alors réalisée.
  2. Estimer les besoins d’aide : le membre de l’équipe médico-social dresse un bilan financier des soutiens humains et matériels pour compenser la perte d’autonomie.

L’âge d’entrée en dépendance mesurée selon le critère de l’APA est tardif. En moyenne, les personnes âgées sont reconnues dépendantes à partir de 82,8 ans et la durée de perception de l’APA est de 3,6 années. Un chiffre bien loin des 11 années avec incapacité, mais pour les seniors âgés dépendants, il reste tout de même près de 4 années de dépendance à financer…

-
- © -
Vincent TOUZE